FRANCK SORBIER LOVE ‘BIRD’

Posted on Updated on

Très attaché à son congénère avec lequel il vit, cet « Inséparable » ou « Love Bird », reste uni à vie ; un concept chez les humains en voie de disparition. Il possède en couple une force indestructible, véritablement fusionnel, et très sociable. Il s’avère être un compagnon agréable, discret et un peu agoraphobe de temps à autre, mais personne ne lui en veut car il a besoin, de temps à autre, de solitude pour son travail.
Vifs et espiègles, ils adorent jouer et passer des heures à papouiller. Ils aiment prendre des bains au soleil et chercher de la nourriture en décortiquant tout ce qui est à portée de bec. Trop souvent, ce qu’on désire le plus au monde, est justement ce que l’on ne peut pas avoir. Le désir, parfois, peut vous briser le cœur, vous anéantir. Le désir peut faire de votre vie un enfer.
La blessure des Sorbier par la mort de leur compagnon est comme une marque indélébile de cet ami de 14 ans. Au début, les sentiments sont comme anesthésiés. Mais très vite la création vient aider à se souvenir comme une fulgurance. Le Maître Franck Sorbier nous emporte dans un nuage de bulles pour se souvenir. Hommage à la petite robe noire de la Haute Couture symbolisant le deuil mais aussi le souvenir de ce que la Haute Couture était. Se souvenir des belles choses c’est aussi cela la quintessence de la mode. Et comme disait Camus, « Mal nommer les choses, c’est ajouter au malheur du monde. » N’est-ce pas Monsieur Wargnier ?
L’intelligence du coeur de Franck n’a d’égal que celle de son esprit, dont les créations, comme les engagements dans la vie, rendent compte de l’éclat de son âme autant que des questionnements de ce monde.
Merci Monsieur.
Anonymode
Advertisements

ON AURA TOUT VU 2015

Posted on Updated on

La nouvelle collection de On Aura Tout Vu, est une interprétation couture de quatre personnages du ballet Casse Noisette. Les figures de Drosselmayer, masculin, ambigu, riche, sophistiqué ; du Prince de noix, l’écorché vif, sensible, amoureux, sentimental ; de la Fille miroir, structurée, déstructurée, compliquée, brisée ; et de Marie, féminine, audacieuse, joyeuse, sont une véritable ode au passage de l’enfance à l’adolescence, étape clef de la construction identitaire.

Les Couturiers, Livia Stoianova et Yassen Samouilov, démontrent une fois de plus leur capacité d’adaptation et leur travail sur l’ambivalence. Comme un symbole de l’opposition de forces chtoniennes et ouraniennes, les matières techniques, comme le néoprène, jouxtent l’astrakan et le vison pour souligner cette métamorphose emblématique de l’être. Une collection intelligente, graphique et résolument joyeuse. C’est ce que l’on aime avec eux, ce sens du rythme de la Vie, cette joie exubérante dans l’acte de création, jusqu’au dernier instant du salut où leur équipe les rejoint sur scène.
On s’étonne que cette Maison ne paraisse plus dans le calendrier « officiel ». Car, comme le soulignait il y a peu l’ancien Président de la Chambre Syndicale de la Haute Couture, on prête originellement cette appellation à Charles Frédéric Worth qui créa, en 1858 avec Otto Gustav Bobergh, une boutique Rue de la Paix sous l’enseigne « robes et manteaux confectionnés, soieries, Hautes Nouveautés ». C’est ce principe de « Hautes Nouveautés » qui fait la Haute Couture ; et il nous semble évident que la Maison On Aura Tout Vu s’inscrit légitiment dans cette acception…

Jérémie Peluso

LE 2EME BUREAU DE MONSIEUR WARGNIER

Posted on Updated on

Comment Stéphane Wargnier peut-il passer de Julien Fournié à Gustavolin sans avoir aucun remords d’avoir mis sur la touche ‘On Aura Tout Vu’ ? Notre Gérard de Nerval préféré, mèche au vent et écharpe en bandoulière, nous montre qu’une fois de plus, il n’y entend rien à la couture.
Très studieux, il note beaucoup de choses durant les shows, mais ne comprend toujours pas le concept de la Haute Couture. Pourtant, le disciple de Didier Grumbach devrait savoir qu’on ne touche pas aux clients de 2ème Bureau. Mais par soucis d’indépendance et pour faire croire à sa grande souplesse d’esprit et d’impartialité, il dégage “On Aura Tout Vu” et maintient Gustavolin en place. Suite à la présentation de cet après-midi, cela semble complètement incompréhensible.
Malheureusement, Stéphane Wargnier ne comprend pas lui même sa stratégie. Tout simplement, car il n’en a pas. Seul lui importe “le paraître”. Surtout, après avoir déclaré en 2008 : “les shows de Haute Couture m’ennuient”. 
Entre Didier Grumbach qui nous donne l’explication de la Haute Couture soit disant créée par Charles-Frederick Worth sur fashion Mag, son mentor ne sait même pas lui-même que le luxe de l’habillement que nous appellerions aujourd’hui Haute Couture remonte à Louis XIV et le raffinement de la Cour de Versaille. 
Charles-Frederick Worth n’a fait qu’évoluer ce petit monde de la couture à son époque et le rendre viable par le nouveau modèle économique et je reconnais bien là le savoir-faire des britanniques. Que peut donc noter Mr Wargnier sur son carnet car, quand on visite pour interviewer les maisons de couture dont les élèves de la Chambre Syndicale sont présents, on nous répète qu’ils ne savent plus rien faire et qu’ils n’ont appris aux écoles que le marketing qui n’était pas un métier à l’époque de Charles-Frederick Worth.

SCHIAPARELLI PARIS 2015

Posted on Updated on

Smoking en cady de soie à revers de soie rebrodé d’épingles en lamé métallique, fil or et argent. Un fez bleu en forme de cône tronqué, orné d’un gland blanc fixé sur le dessus. Originaire de Grèce, ce couvre chef a été adopté par de nombreux groupes ethniques et religieux dans l’Empire Ottoman du XIXe siècle. La collection nous emmène faire un voyage autour du monde car c’est un Sari indien qui suis avec un pantalon en mohair. Le deuxième tableau lance la collection de bienvenu en Mésopotamie, douceur de l’Orient et quintessence de la culture et du rafinement. 
C’est la Schiaparelli du 21ème siècle en présence de Madame Marisa Berenson, fille aînée de Robert L. Berenson, diplomate américain puis armateur d’origine lituanienne, dont le nom original était Valvrojenski. Sa mère était née comtesse Maria Luisa Yvonne Radha de Wendt de Kerlor, dite « Gogo Schiaparelli » avec des ancêtres italiens, suisses, français, et égyptiens. Il était donc de bon ton de représenter l’ensemble des pays de la planète mode pour cette saison. Collection très prometteuse pour la suite, à poursuivre !!! The Influencer a aimé et 10 sur 10 pour l’organisation.

LA REINE DE SABBAT A SON PARFUM

Posted on Updated on

Diane Pernet se caractérise, au premier abord, par son  look. C’est la rançon du look contre l’écriture. La Morticia Addams de la mode, mantille ornée d’araignées sur la tête, se reconnaît immédiatement dans les défilés de mode, où ses copines de la presse continuent à l’inviter par solidarié.
Le noir est sa religion, mais c’est dans la lumière qu’elle s’épanouit. Considérée comme une des premières blogueuses de mode, d’après les journaux, cette ancienne journaliste au chômage, en fait, profite de la vague des blogueurs pour se démarquer, non par sa plume, mais par son look, singeant ainsi Menkes et Wintour.
Diane Pernet a conçu ses parfums ! Une bonne bouillote de chez BSN (fabriquant de flacons pharmatheutiques) imprimée du logo de “Diane” et le tour est joué. Le nom “Wanted” reste une énigme ! Car qui voudrait acheter un parfum de supermarché à 115€. Mais, Diane, à force de vivre dans la globofashionsphère, n’a plus aucune realité de son environement. 
Le parfum n’est pas fabriqué par la Blogueuse mais par “un NEZ”. Une fois que la senteur d’extrait est acquise et, en accord avec la cliente qui se contente de dire seulement : j’aime ou je n’aime pas, c’est l’industrie qui prend le relais. 
D’abord, les indusdries chimiques, qui réalisent le ‘jus’, ensuite, les entreprises de verre qui produisent les flacons, puis, les fabricants de produits à base de pétrole pour la capsule, et j’oubliais les fabricants de pompes, les décorateurs, l’emballage carton etc… J’arrête là car la liste est encore longue. 
Ah oui, vous trouvez que cela n’est pas très glamour, mais la réalité n’est pas ce que les marques veulent nous vendre. Vous avez dit “glamour” ? Oui, en effet, le prix de sortie d’usine reste aux alentours de 6 ou 7€ en fonction des quantités que vous avez commandées. En fait, le vrai coût pour les grandes marques sont la publicité et les équipes marketing, sans compter les cadeaux aux distributeurs. Mais, peut être, que dans les mixtures chimiques, Diane Pernet y a introduit sa poudre magique satanique qui vient considérablement augmenter les prix !!!
Bref, vous l’avez compris. Diane Pernet, avant de faire un parfum, devrait d’abord se mettre au parfum. Note sur 10 :  2 sur 10, et copie à revoir  pour le fait qu’elle soit une femme et par galanterie.

NOUVELLE BOUTIQUE DE MAQUILLAGE PARIS

Posted on Updated on

Des produits de beauté et des soins de visages et de corps de très haute qualité, sûrs et efficaces, ont été conçus pour satisfaire les désirs de beauté des femmes de tout âge. Venez les acheter dans la boutique KIKO qui ouvrira,bientôt, rue de rivoli à la hauteur de la Tour St-Jacques.
Vous pourrez retrouver dans la nouvelle boutique une variété de vernis à ongles, masques pour le visage et crèmes, pratique et sûre.
La marque, fondée  à Milan en 1997, propose, effectivement, une gamme de maquillages et de soins du visage et du corps d’avant-garde. Ces produits sont de la plus haute qualité et visent à satisfaire les exigences de beauté des femmes de tous les âges. « Soyez ce que vous voulez ». Elle offre un éventail de couleurs, d’effets et de sensations qui sont uniques sur le marché et qui conviennent à votre style, votre teint, votre type de peau et vos besoins personnels, à toutes les étapes de votre vie.

Ancrée dans les valeurs « Made in Italy » et dans le pays qui est le centre de la mode, de l’art et du design, nous souhaitons la bienvenue à la marque et à sa nouvelle boutique où nous rendrons visite très prochainement.

PRECIOUS MOLOI UNE MINE D’OR

Posted on Updated on

Precious Moloi-Motsepe est l’épouse depuis 1989 du magnat minier et milliardaire sud-africain, Patrice Motsepe, quatorzième fortune du continent selon Forbes. Cette mère de trois enfants, qui vit à Johannesburg, aime lire, voyager et regarder les matches de football en famille. Elle est aussi une femme d’affaires redoutable qui s’investit dans de nombreuses associations, et l’altruisme semble être son leitmotiv. Cette femme est également une véritable papesse de la mode africaine. 

Celle qui a fait des études de médecine à l’Université du Witwatersrand (qui était pourtant, sous l’apartheid, réservée aux élèves blancs) est aujourd’hui à la tête de l’AFI (Africa Fashion International) qu’elle a su développer pour promouvoir, mieux que n’importe quel soutien gouvernemental, les stylistes et designers les plus talentueux du continent africain, tels que David Tlale, Thula Sindi, Suzaan Heyns ou Fabiani.

“Notre objectif est de promouvoir et de saluer les créateurs de mode africains les plus talentueux à l’échelle mondiale”. Elle positionne ainsi Johannesburg en grande capitale de la mode, aux côtés de Milan, New York ou Paris. La capitale économique sud-africaine confirme son dynamisme et son ouverture aux stylistes et grandes maisons de coutures internationales.

Installer l’Afrique du Sud sur la carte mondiale de la mode est une évidence pour l’Anna Wintour de l’Afrique : “Mon sentiment est que l’Afrique tiendra ses promesses en termes de production et de consommation d’objets de luxe et de mode.”

La fondatrice de la Semaine de la mode africaine (sponsorisée, comme les Fashion Weeks de New York, Berlin ou encore Tokyo, par Mercedes-Benz et des prix de la mode africaine) parcourt le continent pour repérer les talents prometteurs, en finance certains, leur offre une place sur les podiums…et a même lancé une fashion week pour une mode homme tout juste émergeante. Well done !

Clemode.

GUCCI BY ISNOGOOD

Posted on Updated on

C’est Frida Giannini de l’équipe de conception chez Gucci qui, dirigée par Alessandro Michele, a retravaillé toute la collection en moins d’une semaine. Ensemble, ils nous offrent une collection très très loin de l’univers de Gucci. Amoureux des années 70, lui et son équipe ont poussé les idées le plus loin possible avec une collection qui mélange modèles masculins et féminins brouillant les codes et les images sexuelles de la marque.
Chemises rouges de soie, vestes à manches bracelet, cols roulés ébouriffés et tops semi-transparents en dentelle florale portés par les hommes. Nous n’avons rien compris à la fois sur le message, ainsi que sur la cohérence avec la marque Gucci. 
Dommage car cela était une très bonne opportunité pour l’équipe de prouver à Monsieur Pinault qu’il pouvait réaliser une collection digne de la marque. 

DSQUARED2

Posted on Updated on

Dsquared soufle cette année ses vingt bougies et les jumeaux Homozygote botoxés tiennent à les célébrer avec faste et les invités en ont eu plein les yeux… et les oreilles ! Cette saison, le show a été avancé la veille du début de la fashion week. Présenté à l’espace d’art contemporain milanais Hangar Bicocca, le show avait lieu devant un parterre de célébrités/amis venus découvrir la collection, mais aussi d’applaudir les jumeaux qui les habillent depuis des années.
C’est un résumé de greatest hits de la marque, on retrouve le denim dans tous ses états, pantalons en cuir, bottes cowboy, les blousons rembourrés ou de style bûcheron  ‘petit rappel de leur terre natale, le Canada ‘ les parkas généreusement doublés de fourrure, et des vestes et gilets en cuir à franges cowboy…
Le clou du spectacle, surprenant tout le public, fut l’apparition de la chanteuse Mary J. Blige qui clôturait le défilé dans un tuxedo rouge burgundy brodé. Accompagnée par les frères Caten, elle chantait le morceau “One” de U2, sans doute un clin d’oeil à l’existence et succès communs des deux frères canadiens.

NANO LIBELLULE ESPIONNE LA MODE

Posted on Updated on

La direction générale pour l’armement a lancé ce projet de nanodrone en 2003. La libellule, fabriquée en silicium, est destinée à servir d’éclaireur aux fantassins. Elle est mue par quatre ailes de trois centimètres, qui font appel à une technologie digne de la science-fiction : chacune est actionnée par 180 000 « muscles », des fibres microscopiques réparties à sa surface. Les battements produits seraient proches du modèle vivant.
Reste à l’équiper d’une microcaméra, d’une batterie et d’un système de navigation. La Libellule, dont le coût ne devrait pas dépasser 1 000 euros, est conçue pour être « jetable » et donc disponible en de nombreux exemplaires. 

C’est un engin pouvant se camoufler et se déplacer en milieu urbain le plus discrètement possible, lui permettant également d’être ainsi moins vulnérable à un tir ennemi. La seconde mission assignée à ces futurs insectes,  est le vol à l’intérieur des bâtiments pour des missions d’observation, de surveillance, de reconnaissance, d’espionnage, voire d’attaque [robot insecte kamikaze pouvant exploser]. Une nouvelle arme contre les simples manifestants, les opposants politiques, les guérilleros urbains, qui, jusque maintenant, pouvaient profiter des avantages de la grande ville pour se cacher, se dissimuler, se protéger.
Aussi, pour les collections de mode, inutile d’interdire les blogueurs car bientôt, ils auront des nanos libellules et les enverront dans les présentations sans que vous le sachiez. 
Les futurs début des terminators ; notre monde gouverné par les machines commencent à se profiler, et la réalité viendra bientôt dépasser la fiction.  

PYJAMA PARTIE POUR KIM

Posted on Updated on

Nous n’avons rien contre la Karda. Cependant, elle ose le look latex et … toujours pas de bon goût. Mais, aujourd’hui, elle adopte un tout autre look. Lors de la soirée organisée par un magazine, Kim Kardashian est apparue dans un accoutrement, pour le moins spécial, un pyjama.  En choisissant une pièce résolument mode, mais malgré tous ses efforts, ce look reste raté : en modeuse décalée et audacieuse, la karda a malheureusement loupé une fois de plus son coup. 
Tout comme l’ensemble Chanel troué porté à Paris, cette tenue partait pourtant d’une bonne intention, mais il est difficile pour la reine des jupes moulantes et du maquillage outrancier de rester sobre et de ne pas tomber dans le ‘too-much’. La jeune maman, enceinte pour la seconde fois, tentait, lors de cette soirée, de camoufler subtilement son baby-bump. 
Avec ce modèle oversize, comme son ego, elle semble réellement sortir du lit. Le Séant, le plus célèbre de la planète, aurait du miser sur un peignoire de bain et au dodo ! Le décolleté plongeant de la tenue ajoute une petite touche vulgaire pour une futur maman. Ce n’est donc pas encore aujourd’hui que Kim Kardashian entrera au panthéon du bon goût. Qu’en pensez-vous, Madame Wintour ?

LES FRANCAIS DE LA MODE SONT ETRANGÉS

Posted on Updated on

Coco Chanel, Christian Dior, Jean Paul Gaultier ou Colette ont tous en commun : leur naissance en France. D’ailleurs, Charles Frederick Worth avait lui-même quitté son Lincolnshire natal pour créer dans le Paris du 19e siècle, la Haute Couture telle que nous la connaissons aujourd’hui.

La France est sans doute l’épicentre mondial de l’industrie de la mode. Et, pour tout vous dire en tant que fervent supporter du “Made in France” et féroce opposant du « Frenchbashing », je suis intimement convaincu par une chose : la créativité et l’audace n’ont pas de frontière, ni de nationalité.
N’est-ce pas remarquable de pouvoir partager avec le monde entier, de s’en inspirer, de découvrir, d’innover et de se réinventer ? Pour présenter la collection automne-hiver 2015, Karl Lagerfeld a transformé le Grand Palais en boulevard de la capital Parisienne. Un coup d’éclat inspirant qui marque la saison, mais qui une fois de plus nous montre que le créateur est en panne d’inspiration.
Alors qu’il devrait nous apprendre à traduire sa culture, il nous impose la vision de Coco Chanel sans jamais la remettre en cause. Et si le marché de la mode féminine a reculé de 1,6% au premier semestre, selon les chiffres publiés, ce n’est pas la faute de la conjoncture mais d’un réel manque de créativité bien que personne ne veuille l’admettre. Il est plus facile d’incriminer la crise économique pour ne pas à avoir à faire face à ses propres responsabilités. Osez de nouveau, Monsieur, pour la prochaine collection. Etrange, Etrangers, cela fait Etrangés non ?

ENQUETE A PARIS

Posted on Updated on

Le Hinthunt est un jeu d’enfermement qui demande de se creuser les méninges si vous voulez retrouver votre liberté. Le célèbre “Escape Game” Parisien lance sa deuxième ambiance : la Salle Zen. A vos claviers pour réserver !

Vous êtes la digne réincarnation de Sherlock Holmes ? Vous aimez résoudre des énigmes accompagnés de vos fidèles acolytes ? Le Hinthunt est pour vous ! Il s’agit du premier jeu d’enfermement à Paris. Lancé fin 2013 par 3 jeunes passionnés d’Escape Game, ce nouveau divertissement est idéal pour une sortie en famille ou entre amis.

Après avoir réservé votre session sur le site internet, vous êtes reçus rue Beaubourg pour un premier brief. Puis, votre équipe, composée de 3 à 5 joueurs, est enfermée dans une pièce. L’objectif ? Résoudre les énigmes en 60 minutes pour sortir et retrouver votre liberté. Si vous échouez, les lumières s’éteignent et vous êtes enfermés (à jamais).
Si vous êtes bloqué dans votre enquête, pas de panique. On vous surveille via des caméras et l’on communique avec vous grâce à un écran. Ne soyez pas susceptible, l’équipe a beaucoup d’humour et ne se génera pas pour vous lancer quelques blagues rigolotes. En revanche, ceci n’est pas gage de réussite.
Deux adresses, deux ambiances :
Victime de son succès, le Hinthunt a cédé, avec plaisir, à la pression de ses adeptes désireux de renouveler l’aventure. Si vous avez déjà réussi à sortir du bureau de James Murdock, il vous faudra redoubler d’efforts pour vous évader de la Salle Zen, la nouvelle enquête du Hinthunt.
Hinhunt est un défouloir intelligent et ludique qui permet de passer un bon moment avec ses proches. Embarquez pour 60 minutes de bonheur et oubliez les petits tracas du quotidien. Testé et approuvé par notre rédaction !
Hinthunt Paris 
58 rue Beaubourg
ou
62 rue Beaubourg
75003 Paris

LE BAZAARD DE MIRANDA

Posted on Updated on

La belle Miranda Kerr, la bombe australienne de 31 ans a pris la pose topless devant l’objectif de Terry Richardson, vêtue d’un pantalon moulant taille haute et coiffée d’une capeline noire. Avec son lipstick rouge assorti à ses ongles vernis, aucun problème pour elle de poser quasi-nue, car comme elle déclare : “J’aime plutôt être nue !”.
Malgré son physique plus qu’avantageux, Miranda est célibataire. Cela ne l’empêche pas de fréquenter des garçons. “Je pense que ce n’est pas un problème d’aller à rendez-vous, puis à un autre avec quelqu’un d’autre”, assure-t-elle. Rappelons que les rumeurs lui prêtaient une relation avec le chanteur Justin Bieber…