DIOR LA CROISIÈRE S’AMUSE

Posted on Updated on

Après avoir présenté des collections croisières dans Santa Monica, puis dans les grandes écuries (d’Augias) de Chantilly, lieu imprégné d’histoire, un clin d’œil à la tradition de Monsieur Christian qui avait imaginé, en son temps, une robe inspirée par Chantilly pour l’hiver 1947-1948, cette fois, la maison du maître de Granville se rend à Marrakech pour sa prochaine collection croisière.

La marque prépare ses bagages, Vuitton bien-sûr, pour Marrakech. Pierre Berger doit se retourner dans sa tombe, car la présentation le 29 avril ne sera pas très éloignée de la Villa Majorelle, oasis dans la palmeraie l’Eden où reposent les cendres d’Yves Saint Laurent : la boucle est bouclée.

C’est une première, pour la maison du Seigneur des Arnault, de venir présenter dans l’ancienne cité impériale de l’ouest du Maroc. Le choix s’est fait au détriment de la capitale Rabat qui faisait trop « Rabat-joie » pour les services marketing. Espérons que la collection ne soit pas présentée dans les souks de Bab Ghmat, on pourrait confondre le travail de la Chiuri aux objets trouvés dans cette forteresse qui servait autrefois de refuge aux caravanes des bédouins. Read the rest of this entry »

Advertisements

LA CARINE ATTIRÉE PAR LA COCO

Posted on Updated on

Un nouveau partenariat est annoncé, en septembre, avec « Clarine » Roitfeld et Lagerfeld, ainsi Karl met Carine sur un « rail ». Une collaboration qui évoluera avec des projets qui seront annoncés plus tard cette année dans un flou artistique à la David Hamilton. Il faut dire qu’après les petites filles photographiées comme des Lolita hyper-sexualisées, le « blurring » Hamilton est de bon aloi, et maintenant, Karl est sûr qu’après lui le déluge. Ainsi les frères, Champs de courses, n’auront plus un chantage au « des missions millions » et après Karl, on rase gratis. L’année dernière, il avait déjà réalisé une collection capsule avec Sébastien Jondeau, son assistant personnel et garde du corps de longue date. Autrefois, on disait son Neveu et même si les mœurs changent, les masques restent.

Roitfeld et Lagerfeld auraient des goûts et un penchant pour le style graphique convergeant : « Elle sait ce qu’elle veut, dit Karl, quand elle a une vision, elle l’annonce « . La Clarine correspond à son image, à son univers et, par définition, au Kaiser. Celle-ci l’aurait qualifié de l’une des personnes les plus intelligentes, les plus inventives et innovantes jamais connues. Une flagornerie, pour une place chez Chanel, vaut bien une messe. Read the rest of this entry »

BALMAIN A PORTÉE DE NAIN

Posted on

Un budget de Qataries pour une Haute Couture de « cata rien », Rousteing ou l’handicapé de l’aiguille, le tueur plagiaire de la mode reste sans inspiration quand il faut donner la quintessence de son métier. Il montre, enfin, son vrai visage, celui que nous avions décrit, il y a déjà quelques mois, le visage du zéro de la création. L’homme couture le plus démuni de la Fashion Week, c’est un lexicographe amateur comme un crachat laissé sur le « faux bourg », martelant de son marteau aiguille le bons sens et la solitude de sa page blanche. Après Sorbier on peut constaté que devant les moyens de celui-ci et de la maison du même nom, Rousteing avec ses moyens illimités n’arrivent même pas à décoller du sol de quelque millimètres, alors qu’un vrai créateur avec peu de moyen, peut réaliser une collection si merveilleuse et envoûtante.

Olivier comme opprobre du métier, il abuse de la permission qu’ont les gens d’esprit à être laids. Un vermisseau né du cul de l’abbé Desfontaines, on n’a jamais employé autant d’esprit à nous rendre bête, il me prend envie de marcher à quatre pattes quand on regarde l’ouvrage, car cela n’est plus de mon âge.

Il est l’ennui du genre humain, un charlatan trompeur et vain changeant vingt fois son mithridate. Le nom même de ce baladin couturier souille les lettres de noblesse de la Haute Couture, où le mieux, pour lui, c’est le bien d’autrui. Read the rest of this entry »

FASHION TROTTINETTES

Posted on

Certains ont opté pour un mode de transport particulier, oubliant toute notion de dignité et, même la Chambre Syndicale, ne pouvant contrôler Paris et sa circulation pendant les présentations de Haute Couture, préconise la trottinette. Ainsi, vous pouvez imaginer Céline Dion ou Anna Wintour sur cet engin de mort ou de mode, c’est selon ! Et pourtant, pour circuler en ville, moult moyens ont été conçus à travers les âges, et entre le métro et les bus, les moyens dans Paname ne manquent pas, mais certains trouvent ça « sympa » de se déplacer en trottinette sur nos trottoirs. Pourquoi pas ? On peut se demander quel est le cheminement intellectuel de ce retour dans l’enfance ?

Cet objet, qui était destiné aux enfants, autrefois, trouve dans Paris l’apogée de sa popularité et se déplacer avec ce moyen donne immédiatement l’air d’un crapaud sur une boîte d’allumettes, et cela, personne ne peut le nier. Et pourtant, ils sont légions et, à voir leurs airs satisfaits, on croirait presqu’ils font un pied de nez aux convenances, à l’ordre établi, et un retour à leur enfance retrouvée, mais surtout jamais perdue.

Ce n’est même pas régressif, ni original, et je me demande qu’elle est la prochaine étape de ce processus de mobilité, et même les détestables roller blades ou autres skate boards phénomènes de mode de ces dernières décennies, ne donnaient pas de telles envies d’homicidé nos congénères. Mais cela ne semble pas être l’apanage d’une bande de farfelus soucieux d’exister dans le paysage urbain, et voir ces jeunes quarantenaires qui se targuent d’avoir gardé leur âme d’enfant est à l’image du ridicule que cette génération donne dans ses choix de vie. Read the rest of this entry »

GIAMBATISTA VALLI PARIS 2019

Posted on Updated on

Le fez ou tarbouche comme couvre-chef masculin sur femelle, et en forme de cône tronqué, orné d’un gland noir fixé sur le dessus, mais le gland n’était pas là où on le pensait hier soir au musée Georges Pompidou. Là où les limousines tapissaient le parvis du centre de Paris, une vision de l’Empire Ottoman du XIXème siècle ou peut-être une couture de Giambattista Valli. Prenez un soupçon de culture, quelques anciens modèles, raccourcissez les jupes, changez les couleurs de préférence, prenez un maquilleur et un coiffeur différents à chaque fois. Ensuite, louez un endroit charismatique dans Paris, comme un musée pour faire croire que vous êtes vous-même rentré dans ce lieu de culture. Invitez les blogueuses de moche et aficionados ainsi que des people ex-mannequins inconnus, ou ex-chanteuses pour un soupe de chiffon au centre du Paris populaire, qui devient par magie « people’r ».

Mettez tous ces ingrédients dans ce hall, secouez et maltraitez les, ils sont un peu masos !!! Parlez leurs comme du bétail, qu’ils prennent conscience qu’ils sont privilégiés, et là, vous aurez toute la presse qui encensera votre piètre contribution à l’histoire de la mode Française.

Le couturier entraîne avec lui, une fois de plus, la dégradation du label « Haute Couture » oubliant au passage que c’est « La Haute Couture » qui permet à la France de rayonner dans le monde par sa vision toujours futuriste de la mode. Read the rest of this entry »

PARIS RESTERA TOUJOURS PARIS

Posted on

Une fashion week parisienne qui sera perturbée le samedi 19 par les manifestations des gilets jaunes, ce qui a poussé quelques maisons à déplacer leur présentation, comme Thom Browne qui défilera plus tôt dans la journée, ou Dior, qui a avancé son show le 18 à 18h. La Haute Couture, qui se tient à Paris, présente les collections les plus exclusives de la mode mondiale. Une vitrine de l’artisanat de la mode qui reste généralement extraordinairement inventive ainsi qu’un laboratoire d’idées pour les maisons : tulle et paillettes fabriqués par les artisans les plus qualifiés de la planète. Read the rest of this entry »

YANINA L’ACCROCHE COEUR

Posted on Updated on

J’avais sorti ma fourrure du frigo pour aller à la présentation de Yanina Couture pensant bien que l’oligarchie russe tout entière de Paris serait présente pour les 25 ans de la maison. Yanina Couture fête effectivement ses 25 ans cette année et à la prochaine rentrée, dit-on sous le manteau, elle espère être au calendrier de la Chambre Syndicale de la Haute Couture. Après un long périple, elle finit par obtenir finalement le Graal tant convoité.

C’est une ambiance un peu particulière car toute la diaspora russe est présente comme si après la Révolution d’Octobre, tous les russes de Paris étaient présents. Les Russkoffs sont de sorties : renard, chinchilla, vison et hermine recouvraient le front row comme si les bêtes sauvages s’étaient données rendez-vous dans le fin fond de la steppe, il ne manquait plus que Léon Zitrone pour que le spectacle fut complet.

En Russie, pour attirer les mâles dominants, les femelles sont prêtes à tout, et Yanina Couture donne un show comme une parade nuptiale qui exhibe de longues robes ornées de plumes.

C’est un message subliminal de la créatrice ; une ronde des muses qui passe et repasse devant nous comme un ballet attractif et gracieux. Elle perfectionne l’élégance dans un style aérien qui représente l’expression la plus pure de l’esprit Haute Couture. Read the rest of this entry »

SORBIER HIROSHIMA MON AMOUR

Posted on

La couleur bleue glaciale des neiges sur les toits de Paris était déclinante : la fin de l’hiver, peut-être ! Une longue silhouette noire, dont les pas glissent et résonnent parfois sur les pavés argentés, arrive au Musée Guimet, son allure est rapide : c’est le Maître, Franck Sorbier. Ma limousine avance comme un long plan séquence, je regarde par la vitre la ville en plongée absolue sur ma cible.

Le créateur vous accompagne et nous guide dans la contemplation de ce monde, Franck Sorbier ou le livre du voyage, là où on rêve en accompagnant notre vie de solitude fiévreuse le long des rues désertes comme nos jours. Un Kimono ou Obi de rêve que l’on n’aura jamais l’audace de porter tellement il est beau, des robes qui s’illuminent comme des étoiles au firmament de la Fashion Week de Paris, un contraste de noir et de blanc, allant des ténèbres à la lumière, dansant dans une ambiance qui vibre aux sons des baguettes de cristal de Michel Deneuve, comme si j’étais au bord d’un océan que la voie lactée aurait recouvert de son voile sonore.

Il me semble apercevoir deux muses merveilleuses, Camille et Julie Berthollet et, comme face à ces fleurs qui vous fascinent, les fragments du vrai de la mode retrouvent leur splendeur. Ivre de beau comme sur une vague de lumière si brusque et ardente, une robe comme un baiser qui fait trembler votre matinée d’ivresse comme si une rose en vous s’était déployée. Read the rest of this entry »

CHAKRA L’HOMME QUI AIME LES FEMMES

Posted on Updated on

Les jambes des femmes sont des compas qui arpentent le globe terrestre en tout sens, lui donnant son équilibre et son harmonie. Moi, je les aime toutes, car pour moi, rien n’est plus agréable à regarder qu’une femme, pourvu qu’elle soit habillée d’une robe ou d’une jupe qui bouge au rythme de sa marche. Chakra l’homme qui aiment les femmes. Mais qu’est-ce qu’elles ont toutes ces femmes de plus que celles que je connais déjà… et, bien justement, ce qu’elles ont de plus, c’est qu’elles sont des femmes Chakra … Read the rest of this entry »

JACQUEMUS PARIS 2019

Posted on Updated on

Après avoir lancé sa collection de l’homme sur une plage dans le sud de la France en juin dernier, Simon Porte Jacquemus est de retour à Paris. Il entre dans une phase de transition à mesure que la marque grandit et ses bureaux situés 69 Quai de Valmy, 75010 Paris sont quatre fois plus grand. Simon Porte a grandi dans la campagne provençale.

Il vient d’une famille d’agriculteurs et quand il était enfant, il était fasciné par le bleu de travail de son oncle électricien.

La collection Automne Hiver 2020 nommée « Le Meunier » est un hommage aux vêtements des travailleurs français. Il revoit et adapte la veste de travail, y compris des vestes de marin.

Les accessoires comprennent des pochettes en cuir en bandoulière, des foulards en cuir, des baskets et des bottes avec bordure en caoutchouc. Pour rester fidèle à la réalité, M. Jacquemus, aurait déclaré: un jean pour tous les jours et d’énormes parkas, des vêtements pour hommes avec des prix accessibles. Un nouveau concept, mais un net progrès !

THOM BROWNE DOGGY BAG

Posted on

Le haut du panier de la Fashion ne fait pas exception au scandale et les sommets du ridicule ont la propriété de faire venir d’en haut la foudre, mais d’en bas, la lapidation. Je ne vais pas ici tirer avec la meute mais bien expliquer que la négation de l’homme par rapport à la femme est d’une débilité non pas de couturier, car celui-ci n’en n’est pas un. Read the rest of this entry »

VUITTON ROCKS MY WORLD

Posted on

Une utopie nouvelle comme l’entrelacement d’une mode, aux contours idéales, qui correspond aux nouvelles valeurs de l’homme chez Vuitton, comme le faisait Rabelais avec l’Abbaye de Thélème.

Une couture imprégnée d’optimisme et d’humanisme, Virgil montre une société parfaite, celle où chacun est libre, mais suffisamment lié à autrui pour ne pas perdre de son humanité. Une page blanche pour Virgil ou l’Odyssée de l’homme Vuitton, qui montre l’importance de l’art dans une nouvelle vision, et comme Jules Verne ou Charles Fourier, il imagine des vêtements rationnels et géométriquement taillés pour le futur. Un New York Lower East Side reconstruit pour la circonstance et avec un hommage appuyé au Roi de la Pop, Michael Jackson. Certains mannequins marchaient sur des carreaux de lumières comme dans l’album « Billie Jean ».

Comme quand Sartre signait la préface d’une anthologie de « la nouvelle poésie nègre », il est l’Orphée noir de la couture, le Aimé Césaire d’une nouvelle image. Il entend remplacer la mode masculine par un « homme nouveau » dont on peut entrevoir ses valeurs, ses croyances et sa future culture. Read the rest of this entry »

VUITTON ROCKS MY WORLD

Posted on Updated on

Une utopie nouvelle comme l’entrelacement d’une mode, aux contours idéales, qui correspond aux nouvelles valeurs de l’homme chez Vuitton, comme le faisait Rabelais avec l’Abbaye de Thélème.

Une couture imprégnée d’optimisme et d’humanisme, Virgil montre une société parfaite, celle où chacun est libre, mais suffisamment lié à autrui pour ne pas perdre de son humanité. Une page blanche pour Virgil ou l’Odyssée de l’homme Vuitton, qui montre l’importance de l’art dans une nouvelle vision, et comme Jules Verne ou Charles Fourier, il imagine des vêtements rationnels et géométriquement taillés pour le futur. Un New York Lower East Side reconstruit pour la circonstance et avec un hommage appuyé au Roi de la Pop, Michael Jackson. Certains mannequins marchaient sur des carreaux de lumières comme dans l’album « Billie Jean ».

Comme quand Sartre signait la préface d’une anthologie de « la nouvelle poésie nègre », il est l’Orphée noir de la couture, le Aimé Césaire d’une nouvelle image. Il entend remplacer la mode masculine par un « homme nouveau » dont on peut entrevoir ses valeurs, ses croyances et sa future culture. Read the rest of this entry »

UN CASQUE EN HIVER

Posted on

De retour à Paris, l’architecte brutaliste – “fume c’est du Belge” – présente sa collection et, en bon Calvin de l’ouest Aaméricain, ce comptable architecte et, à l’occasion, dictateur artistique, reste la matérialisation biologique du designer de demain ; une savante mutation génétique de très peu de talent, un soupçon de rien, et beaucoup d’arrogance. Bienvenue dans le monde merveilleux de la Raf si monstre.

Comme La Fontaine, sa couture est affable, et sa mode recule car manquant d’examen couture. D’ailleurs, le seul examen qu’il a à son actif, ce sont ses analyses d’urine, qui représentent sa couture basique cystite.

Non seulement l’observation est superficielle et démodée. Sa cousure est commune et dépourvue de caractère, mais le “mètre” est descendu au fond de l’abîme, un chapeau Samshield sur la tête. Ma voisine, blogueuse de moche et jeune fossile, trouve la collection aussi terrible que l’ouragan Irma, là où il sévit plus rien ne repousse, il ne reste que des ruines ; un comble pour un architecte. Une rengaine ou un air de mode qui entre par une oreille et qui finit par nous sortir par les yeux, il veut seulement “poèter” plus haut que son luth.

Anonymode