Uncategorized

GUO PEI COUTURE 2018 PARIS

Posted on Updated on

Advertisements

BLINDNESS LONDON 2019

Posted on Updated on

FASHION WEEK DE TUNIS

Posted on Updated on

La légende, que l’on rapporte, mérite-t-elle créance ? La princesse, nommée Elissar, vint s’établir à Cambé, fuyant la colère de Pygmalion et dans la légende de Didon, « la fugitive » acheta au roi de Liby-Phéniciens Japon un vaste territoire où elle bâtit la ville qui prit le nom de Karth-hadschath « la ville neuve », nom dont les Grecs en firent Karchédon et les latins Carthago. Nous y sommes enfin dans ce Carthage millénaire ; celui du commerce et de la navigation en Méditerranée occidentale, la cité du business et, quoi de plus naturel, finalement, que d’accueillir la Fashion Week pour cette dixième année.

La Dame de Carthage, Julienne de Sourdis, celle que l’on rencontre à la Fashion Week de Paris, voulant imposer sa marque à tout prix, mais surtout à toutes fripes. Il paraît que les plus belles femmes du monde sont arabes, des femmes à faire pâlir “des Waycooler”. Ces dames, où la sensualité et la beauté orientale leur donnent un brin de mystère ; qu’elles soient Tunisiennes, Egyptiennes, Marocaines, Libanaise etc… Elles ont toutes un je ne sais quoi de pimenté qui rend cette Fashion Week de Tunis comme l’entrée d’un conte des milles et une nuit, et c’est ainsi que commence les défilés quand la température monte d’un cran sur les ruines de Carthage Read the rest of this entry »

GUSTIBUS LUCULLUS

Posted on Updated on

Un Vatican gastronomique, mais surtout, un confetti du Saint-Empire Romain, gustatif à la Bastille : “Te Deum Laudamus” (lisez “nous louons”). Ici, pas de salade, on goûte essentiellement piémontais. En traversant les Alpes, ce couple attachant n’a perdu ni son accent ni les recettes des spécialités familiales. Installés au bout du Marais, ces princes de la pasta vous accueillent en sourire, suggèrent et anticipent vos désirs, pour le meilleur sans l’Empire. Dans la cuisine du Gustibus, on ne travaille que du frais, que du bon, et que du fait maison.

Nous avons commencé par les poivrons, “fluctuat nec mergitur”, dans une sauce aux anchois délicate qui a enchanté nos papilles. Les autres convives se sont laissés séduire par les asperges blanches, mousseline de parmesan, ainsi que par le classique, quoique téméraire, vitello tonnato. C’est comme l’amour, quand c’est bien fait, cela peut être très bon, et devant l’orgasme naissant de la baronne cela l’était. Read the rest of this entry »

POIRET L’ART CHINO DECO

Posted on Updated on

Nous étions venus voir du Poiret et nous avons vu du Yiqing Yin. Trouver un nouveau vocabulaire qui nous permettrait de passer de la femme de 1918 à la femme de 2018, voilà un tour de force qui mérite toute notre attention mais la créatrice sino-française réussira-t-elle cet exploit ? Paul Poiret surnommé « le magnifique », le chantre de l’Art Déco depuis 1903 est le premier avec Madeleine Vionnet à décorseter la femme en créant des robes à taille haute. Émancipation ! Effectivement, même 100 ans plus tard, le sujet est toujours d’actualité. Et, l’art ? me direz-vous, celui que le Seigneur des Arnault veut marier avec ses marques ? C’étaient aussi, à l’époque, la vision de Paul Poiret en s’associant à Duffy pour des imprimés extrêmement audacieux.

Le couturier fit scandale certainement plus-que la couturière chinoise adoubée par Didier Grumler le grand Maître des passoires sans trou. Quand Paul Poiret lança, en effet, la jupe culotte et la jupe entravée qui força les fashionista de l’époque de trottiner telles des geishas. Ces deux dernières firent, malgré tout, fureur dans la bonne société parisienne. La Baronne de la Cystite Reynale, qui a bien connu Poiret, me souffle à l’oreille : “Ah! si les hommes voulaient s’aider ! Ah ! si les femmes voulaient céder.”

Ce n’est pas Avenue d’Antin que la présentation eut lieu. Les robes d’imprimés de soie traînant derrière elles l’empreinte de l’Empire du Milieu comme une petite tour d’ivoire dans la nuit de soie d’un vers luisant. Si Poiret m’était conté, il aurait eu assez peu de bienveillance sur cette ébauche proposée. Mais, à quoi sert de prodiguer le mépris pour les autres quand lui-même avait une estime de “soie” largement supérieure à la chinoise. Que cette jeune fille de bonne “famine” note que la gloire est une espèce de maladie que l’on attrape pour avoir couché avec sa pensée, espérons qu’elle ne nous transportera pas dans une “Nuit de Chine”.

Anonymode

KERING LE TRÉSOR DE RÂ

Posted on Updated on

Les bénéfices nets du groupe du breton, le plus célèbre du monde, ont grimpé de 120% en 2017, portés par une croissance «spectaculaire» chez Gucci, Saint Laurent et surtout une forte performance de Balenciaga, qui affiche la croissance la plus rapide au quatrième trimestre. Le conglomérat français, dont Bottega Veneta, Boucheron et Alexander McQueen, a réalisé en 2017 un chiffre d’affaires de 15,5 milliards d’euros, en hausse de 27,2% . Le chiffre d’affaires généré par les activités de luxe de Kering a franchi pour la première fois la barre des 10 milliards d’euros et la part de Gucci est de 6 milliards d’euros sur la même période.

Année phénoménale en 2017 pour François-Henri Pinault, 3 milliards d’euros de revenus supplémentaires en une seule année, et quand le prince de Venise sera présent dans les Halles avec son musée au coeur de Paris et à la nouvelle poste du Louvre, il est probable qu’il finisse par dammer le pion à son concurrent, le Seigneur des Arnault. Ce dernier qui disait de François Pinault : le seul diplôme, qu’il a obtenu, c’est son permis de conduire.

Kering a déclaré en janvier qu’il abandonnait la majorité de sa participation dans l’entreprise allemande de sport “Puma” afin de se concentrer complètement sur ses marques de luxe.

“Dans un environnement global qui reste incertain, nous ne relâcherons pas notre vigilance, mais nous sommes confiants que la complémentarité de nos maisons, notre implantation géographique, la diversité de notre clientèle et les atouts d’un groupe de luxe intégré nous permettront de faire beaucoup mieux que nos marchés ” a déclaré Pinault. Read the rest of this entry »

OPA DU LUXE SUR L’ART

Posted on

Depuis toujours, mieux vaux racheter des marques plutôt que d’en lancer car, dans l’esprit des financiers, c’était la certitude de dégager des bénéfices à court terme. Les véhicules d’exploitation, d’autrefois, disparaissent peu à peu. Fini les intermédiaires, fabricants  fantômes ou “Ghost producers”, ils ne produiront plus pour les grands groupes qui, d’ailleurs maintenant, construisent leurs propres usines, ainsi les marges s’accumulent, et depuis “la paix sociale” en France depuis plus de 20 ans va favoriser ce phénomène de ré-industrialisation.

L’OPA des marques sur le monde de l’art vient nous donner une vision des années à venir. Pourquoi ne pas se passer de créateur ? Nous en avons, depuis la nuit des temps, en sommeil (car morts de surcroît), qui ne feront pas chier avec leurs égos et leurs droits d’auteur.

Mais qui donnera les tendances ? Elles seront probablement données par la masse interconnectée des twitters, instagramers, et les multinationales des media sociaux, celles-ci vous sortiront les images les plus visitées dont les produits qui seront potentiellement les plus vendus ou les plus achetés par effet mécanique de leur diffusion sur ces mêmes réseaux sociaux.

Et le tour est joué. Le rêve des banquiers est enfin réalisé. Un sac virtuel créé par un stagiaire sortant de “L’I infâme” propose en image de synthèse un sac plus vrai que nature. La réaction des media sociaux donnera la tendance de ce qu’il faudra fabriquer. Read the rest of this entry »