PARIS FASHION WEEK 2019

AU SERVICE DE SA MAJESTÉ

Posted on

L’ancien patron des espions Français a été de nouveau mis en examen, car l’ex-directeur des services, Bernard « Catimini », vient d’être mis en examen pour « abus de confiance ». Il est accusé d’avoir mobilisé les moyens de l’État fin 2008, en dehors de tout cadre judiciaire dans une affaire privée au profit du Seigneur, patron d’un groupe de luxe Français. Vraiment, on peut se demander dans quel monde Vuitton !

Un secret bien gardé par la presse Française qui a peur de la fureur du Seigneur et qui cultive le secret visiblement comme les Polichinelles. Grand charmeur devant l’éternel et qui croit qu’on peut encore charmer sans être plus intelligible mais avec intelligence avec l’ennemie. Un secret comme une sorte de flambeau qui se cache à l’envie et qui luit splendide et clandestin, n’éclairant de la vie que sa partie cachée. Il barbouille tout de vermillon pour que l’intérieur du destin comme le pense Monsieur Grumler soit tronqué. Read the rest of this entry »

Advertisements

ANAMORPHOSE DE PORCELAINE

Posted on Updated on

Une collection de tasses qui revisite les anciennes techniques d’animation. Plus ou moins inspirées par la technique du phénakistiscope, un jouet optique inventé par Joseph Plateau en 1832 donnant l’illusion du mouvement attribué à la persistance rétinienne, une tasse en porcelaine qui utilise ce genre d’illusion.

Effectivement, au dix-neuvième siècle, le Bruxellois Joseph Plateau fait faire un pas décisif à la représentation animée, sur la base de ses recherches en optique. Stroboscopie, formation et déformation des images, colorimétrie et photométrie le passionnent. Il découvre la synthèse du mouvement et invente le Fantascope ou Phénakistiscope en 1834. Le peintre Jean-Baptiste Madou l’assiste et sera le premier dessinateur de bandes animées. À sa suite, l’Anglais Horner lance le Dédaleum, futur Zootrope. Von Uchatius, Marey, Muybridge, Edison, Auguste et Louis Lumière poursuivent les recherches qui débouchent sur l’obturateur de l’appareil de projection.

Jusqu’au XIX siècle, certains artistes s’intéresseront à ces jeux de perspectives déformantes et s’en serviront dans des caricatures pour dissimuler des scènes galantes ou obscènes, ou pour exprimer leur opposition politique. Read the rest of this entry »

UNE NÉBULEUSE DE REFLETS

Posted on Updated on

Le miroir se souvient des visages qui se sont posés sur lui comme des papillons, puis le vent les efface et parfois, le spectre d’un fantôme penché sur une épaule regarde les innombrables forêts d’égos qui s’y étaient attardés. Empire de la mémoire qui ne rend jamais la jeunesse d’antan, ce petit morceau de verre à l’argent en son envers va devenir plus précieux qu’une toile de maître. Pour cela, la chose devait être nécessairement de qualité et l’ouvrage par sa taille devait dépasser l’entendement, c’était la promesse de grandeur que fit Colbert au roi Louis XIV. Les maîtres artisans, lors de leur arrivée à Paris de Murano en 1665, lui avaient affirmé qu’ils pourraient bientôt produire des miroirs de six à sept pieds de haut.

Pour quiconque connaissait l’histoire du miroir et de son artisanat, cela paraissait impossible car le miroir des Vénitiens était soufflé et ensuite, recouvert à la feuille d’argent, et donc, en 1666, on créa les Manufactures Royales de Champagne qui devaient s’illustrer quelque années plus tard par la splendeur et l’accomplissement de cette promesse, prouvant ainsi au roi que les Français avaient parfaitement réussi à prendre le contrôle de cette industrie que seuls les italiens possédaient jusqu’alors. Read the rest of this entry »

HYMÉNOPTÈRE DE GUERLAIN

Posted on Updated on

Seules les abeilles de Guerlain resteront vivantes, car quand l’abeille, au printemps, confiante et charmée sort de la ruche et prend son envol, tout l’invite sur sa route embaumée ; l’églantier berce au vent ses boutons entrouverts, la clochette des prés incline avec tendresse sa tête, et l’abeille émue cède au désir qui la presse et plonge dans son lit pour s’y baigner.

Descendez dans vos champs et vos jardins, et vous apprendrez que c’est le plaisir de l’abeille de butiner le miel de la fleur. Mais, c’est aussi le plaisir de la fleur de céder son miel à l’abeille. Car pour l’abeille, la fleur est une source de vie, et pour la fleur, une abeille est une messagère d’amour, source de fécondation douce « in Vigogne » pour le plaisir, le besoin d’une extase furtive d’un vol de colibri.

Trébuchant sous une poudre d’or, son fardeau alourdit son vol, elle se pose sur le sein parfumé de ma muse. Tandis qu’elle s’oublie, un orage prochain menace. Mais, l’imprudente continue son vol sous les buissons en fleur où l’eau tombe de toute part, trop tard pour regagner la ruche. Celle-ci se pose sur le sol et regarde cette poudre bleue sur l’herbe qui chaque minute se propage sur son corps et finit par l’endormir, un produit chimérique répandu sur les sols par des hommes qui ne t’aiment pas.. Read the rest of this entry »

REUNION FOSSE COUTURE

Posted on

Y a-t-il un pilote dans le bastion ? Les orateurs réunis en meeting, rue du Faubourg Saint-Déshonoré, avaient pour objectif que le monstre Hulk avale cette pépite de diamants pour renflouer le géant vert, ce machin de la Seine à gauche qui deviendra une institution de “con-férenciers”, de copains et consorts. Cette réunion des fossoyeurs de la mode a fait l’objet d’articles, il y a quelques années, qui m’ont valu d’être mis au banc des affreux de critiquer ce si “con Pétant” Grumler. Les visionnaires sont toujours discriminés, et j’en ai l’habitude, car la vertu est toujours mal traitée, contre la perversité toujours trop bien récompensée . Mais, les règles sont les règles et celles érigées par Jacques Mouclier étaient peut-être formelles, mais néanmoins utiles.

Ce Marrant, qui écrit ses chroniques dans un style si effroyablement lourd qu’on pourrait penser que son calame est lesté d’un donut’s de cent kilos. Son éloquence à la soirée de gala des Sapins de Noël où la fine fleur des couturiers et des designers était invitée, était plus qu’ordinaire. Ce transfuge de l’écriture, philosophe et économiste à ces heures, ressemble plus à ce lièvre, qui s’est mis à courir entre deux armées prêtes à combattre, et quand il fut pris au milieu, crie tout à coup sa peur indicible.

Les gestes remplacèrent alors les images et le cynisme de ces chiens errants que l’on rencontre dans les ministères qui portent au plus haut point la virgule de l’incompétence, jugeant la couture en aveugle et les demandes en sourd, ils se transforment peu à peu en libertaire contraint par l’homme de Tolède.

C’est la réunion des céphalo-abstinent, car pour comprendre un monde que seul Deep Blue, super calculateur, arrive à décrypter, ces maîtres glandeurs ne tarissent jamais d’éloge sur leurs échecs permanents. Heureusement, la Galinette membrée est arrivée pour enregistrer une marque déjà déposée. Read the rest of this entry »

VIRGILE L’ILIADE ET LE TISSÉ

Posted on Updated on

Virgil Abloh est d’abord un génie, mais un génie civil par son diplôme passé à l’Université du Wisconsin. Comme Raf Simons, il étudie aussi l’architecture à l’Illinois “Institute of Technology”, sachant probablement que le Seigneur des Arnault aime les architectes. Mais, son éducation a commencé bien avant par sa culture Hip Hop qui va façonner les 10 ou 15 première années de sa vie d’homme.

Son approche consiste davantage à combiner ce type d’enseignement supérieur d’ingénierie a un domaine figuratif comme l’architecture. Un tiers de son éducation est de comprendre le monde de la culture d’abord, comme une boîte de pandore, j’ai choisi la mode parce que je croyais que c’était une industrie qui reliait toutes ces disciplines et certainement aussi par intuition.

Le monde de la mode évolue et son industrie, à mon sens, a été prise au dépourvu en pensant que les tendances et les indicateurs existants n’avaient aucune variable d’ajustement. En réalité, c’était tout le contraire. Ma question majeure était comment rentrer dans cette profession pour la faire évoluer. Au même titre que la tectonique des plaques qui doivent se déplacer pour pouvoir s’organiser autour d’un nouveau mouvement. Read the rest of this entry »

KARL MET LE FEU AUX CHAMPS ELYSÉES

Posted on

C’est jaune, c’est moche, cela ne va avec rien, mais cela peut vous couper la tête, déclarait Karl autrefois, c’était quand Sarkozy imposait à la France entière un gilet jaune obligatoire dans chaque voiture française. J’ai appuyé sur le gros bouton de la reine ibérique de Parisssse, toujours habillée comme une pouffe de la haute.

Mais, selon Jacques Brel, pour faire une bonne dame patronnesse, il faut avoir l’œil vigilant car, comme le prouvent les événements, quatre-vingt-neuf tue la noblesse. Ainsi, tricotons un pull de couleur caca jaune, car c’est ainsi que le dimanche à la grand-messe on peut reconnaître ses pauvres à soi . Un Karl à l’enfer et un Karl à l’endroit feront un beau gilet que l’on peut porter sur soie qui file un mauvais coton.

Et, pour faire plus vrai que nature, on convoque Victor Hugo et notre Dame de Paris avec l’ibérique Esmeralda, gitane rastaquouère des faubourgs, car aujourd’hui Quasimodo gîte chez la Pompadour, voilà une société de jeunes, très jeunes mais cons à la fois, qui retourne Paris comme une crêpe mais celle-ci est au sarrasin comme nous dit la Marine. Karl, avant hier soir, a fait un tabac sur les médias sociaux, car il a toujours du bon tabac dans sa “ta-bavière”. Le Hamburger qui a « pognon sur rue » nous gratifie de sa présence sur les “Gens Elysées” en présence de ses clientes, de plus de 80 ans qui en paraissent 30 après leur passage chez Ivo Pitanguy. Read the rest of this entry »

DUCASSE SUR SEINE

Posted on

C’est l’un des parrains de la gastronomie Française qui prend l’eau, mais c’est en inaugurant une chaloupe chic pour bobos écolos en quête de croisières gourmandes pour les caprices d’un fleuve, une mise en scène sur l’affluent du même nom. Une péniche, pardon chez Ducasse, on dit un Yatch, noblesse oblige. Il y avait une ambiance électrique à notre arrivée. La tension était palpable, probablement, à cause de la pile à combustion qui honore ce navigable, appelé pour la circonstance “les quais de Sphène” comme ce métal si précieux. Bienvenue dans le monde de la restauration de luxe, là où les parisiens bien informés le savent : avoir une réservation est chose impossible à moins de s’y prendre plusieurs mois à l’avance ou d’avoir soudoyé une conciergerie VIP bien introduite.

Moitié par snobisme, moitié par impuissance, nous n’avions même pas essayé d’ouvrir ce sésame, alors autant vous dire que quand l’occasion s’est présentée on a déconstruit notre planning du vendredi comme l’avait fait en son temps Christiane Desroches Noblecourt avec le Temple d’Abou Simbel. Une croisière sur Seine à 250 euros, certes, mais avec de la vraie cuisine ce qui va nous changer des Yachts de Paris

Ce restaurant a un secret ! C’est sa vue qui va vous donner pendant une heure et demie une vision idyllique diamétralement opposée aux groupies de la reine Margot de Paname. Read the rest of this entry »

LA TIGRESSE DU PAPIER

Posted on

Comme un papier tourmenté par la main de l’artiste pour éviter une page seulement cornée qui ferait ombrage à cette innocente feuille, comme pour éviter le marque page qui ferme l’ouvrage, Claudine Drai sculpte le papier de soie. Un pliage perceptible qui atteste que le vent se lève, et que les vagues grondent, et devant l’infini l’artiste, que j’appellerai la tigresse de papier, exprime la fulgurance de son talent par la liberté de ses tableaux, qui lui donnera une aura de légende.

Rêve de rêve ou un  monde d’avant, les mots , comme une île au trésor dont on aurait la voie d’accès. Comme un matin d’un soleil qui brille sans éclat ou Mille anges se dressent devant vous, un choc de papier de soie qui devient un pallier de soi. Ce qui m’intéresse dans cette oeuvre, c’est l’équilibre de ce que propose l’artiste : une justesse du mouvement comme dans la nature, une marche silencieuse qui se prête à la méditation. On pourrait penser que l’oeuvre ne bouge pas, pourtant elle nous offre à chaque tableau une sensation comme un ciel de nuages si doux où le vent arrêté par une petite colline ferait barrage à ce frêle ouvrage.

Un tableau, qui à peu de choses près, ouvre à Apollinaire, à Aragon et à Arthur Rimbaud. L’artiste n’est pas qu’un déversement de charmes et d’émotions, mais aussi la beauté d’une grande plénitude et d’une justesse indicible. Read the rest of this entry »

LES SAPINS DES CREATEURS

Posted on Updated on

Chacun à sa façon fête Noël et les couturiers ne sont pas en reste. Cette année, une exposition au Plaza Athénée des créateurs de la couture ne déroge pas à la règle qu’un bienfait pour Noël est toujours récompensé. Cette oeuvre caritative est comme le “Grand Pardon” de la profession, le jour où chacun oublie ses rancunes pour une fois dans l’année et pense aux plus déshérités.

Voilà, pour chacun d’eux, le mot qui définit leur arbre :

Chanel : la nuit rouge comme cette lanterne suspendue à la porte des lieux de permission de bien vouloir rentrer dans la boutique pour acheter son “255”.
Olivier Theyskens : un “Treeptyc”  Trois tableaux  en un de la naissance à sa déchéance pour un rupin de Noël.
Christian Dior : Diaporama la Nuit – Une nuit bien sombre de voir un feu d’artifice se terminer en feu “d’arti-chouette” : Kering en serait ravi.
Christian Ghion : l’Art d’Etre Maçon – Si vous n’avez pas la truelle rouge comme le sang, le sapin de Christian vous fera oublier son ciment.
Elie Saab : Rêve de Haute Couture – Sous sa cloche, le rêve de Haute Couture d’Elie Saab deviendra-t-il réalité ?
Emmanuel Ungaro : Sapin de Cadeaux – Comme pour dire à chacun d’entre nous que l’Arbre de vie est un cadeau.
Emmanuel Robojad : Cristal Castle – Un château de cristal perdu dans l’immensité des rachats des cristalleries françaises ; un baccarat chinois, mais ceux-ci ont la réputation d’être très joueurs. Read the rest of this entry »

FEMME DE MÉNAGE HAUTE COUTURE

Posted on Updated on

Parfois, un créateur peut en cacher un autre ! C’est dans les ateliers d’une maison de couture là où, la nuit, certaines techniciennes de surface officient comme des ombres contre-appui de la lumière. Une d’entre elles, fascinée par la Haute Couture, vient inlassablement réaliser sa tâche pour un salaire de misère au milieu des robes des clientes les plus riches de la planète. Elle vient de sa banlieue lointaine pour atteindre le très chic quartier qui voit déambuler le jour les femmes les plus chics du monde.

Cette petite main du ménage, cette inconnue, est en admiration devant ces soies et ces tissus étalés sur les tables de travail. Sa passion, la couture, elle en rêve chaque nuit. Un soir, là où la nuit se fait plus profonde et plus noire que jamais, un rouleau d’organza laissé sur une table par erreur et quelques dessins du créateur de la maison, elle sentit monter en elle l’irrépressible envie de créer. Laissant son balai, elle dessine une robe en deux coups de crayon, et commence à couper et a la mouler sur le Stockman. Après trois heures de travail, elle repart vert sa banlieue morose. Elle vit ce petit moment de grâce comme une bouffée d’air frais à sa triste vie. Read the rest of this entry »