PARIS FASHION WEEK 2019

HERPÈS AU GRAND PALAIS

Posted on

La maison du « faux bourg » sous la coupole du Grand Palais, un caramel qui colle au palais et menace la couronne. J’avais appelé le patron et l’on m’a dit qu’il était « Tailleur ». Cela m’a beaucoup étonné car j’ai beaucoup de respect pour cette noble profession. Un tremblement de terre de magnitude 15 sur l’échelle de « Hechter », un weekend d’envieux que la vermine éphémère qui démange un instant, mais qui finit toujours par « pet rire ».

70 euros pour un saut dans l’inconnu, une paille, mais pour regarder des dégénérés, c’est un Must si l’on veut rire. C’est le regroupement de la plus belle brochette de « DE » consanguins issues de mariages entre cousins qui viennent se retrouver au Grand Palais en famille. Des dégénérés, qui ne montent pas tous à cheval, des dents, qui se chevauchent, ou mal soignés pour cause d’investissement sur la toiture de la bâtisse familiale à restaurer. Ils viennent en masse voir la dernière « selle » d’Herpès, celle qui trône au fond du couloir à gauche, dans un carré pour crottin d’ânes de « champs pignole » où les nobles Marquis et Marquises ont la délicate attention d’appeler la M…. l’engrais pour les rosiers du château. Read the rest of this entry »

Advertisements

FEMMES D’AUJOURD’HUI

Posted on

Nous avions fini de dîner tôt dans un restaurant tellement romantique que j’avais cru que la belle m’aurait invité à boire un dernier verre chez elle, et c’est à ce moment-là, qu’elle m’avoua qu’il fallait qu’elle se rende à son deuxième rendez-vous Tinder!

Les femmes, d’aujourd’hui, sont ainsi faites ! Phobique de tout, et certaines, au moment suprême de l’acte sexuel, vous disent qu’elles préfèrent garder leur T-shirt car voir leurs seins légèrement tomber par la gravitation cela n’est pas assez esthétique ! Un culte de l’harmonieux sans borne ! Celle-ci vous explique aussi qu’elle est allergique au semence masculine et qu’elle préférerait que tu ne t’oublies pas dans son origine du monde, rajoutant que comme elle vient de prendre une douche, elle n’a pas envie de se salir. Bref, un acte sexuel tout à fait hygiénique et avec une esthétique toute maîtrisée, comme un selfie érotique face à un logo « Charmel » tatoué sur son sein gauche, une sorte d’hygiène de vie planifiée de l’extase anorexique, comme elle.

Une donzelle qui ne connaissait pas le film « Fool Métal Quéquette » de Stanley Lubrique. Entre celles qui ne se lavent plus par peur d’user leur peau, et d’autres trop hygiéniques pour faire l’amour correctement, je réalise que les femmes d’aujourd’hui pensent que « l’égoïsme et un moi de 365 jours ». Read the rest of this entry »

REQUIEM POUR UN BIRKIN

Posted on

Malheureusement, avec des prix compris entre 7 000 € et 280 000 €, le sac Hermès Birkin n’est pas dans la sphère financière de nombreuses femmes ayant la fièvre acheteuse bien que Victoria Beckham et Kardashian puissent profiter des plaisirs d’un authentique sac Birkin offert par la maison. Pour la plupart d’entre nous, le sac mythique ne vit que sur les pages pelliculées des magazines. Mais, si vous êtes malin, vous pouvez obtenir le même style pour moins de 390 €, et croyez-moi personne ni verra rien.

L’image de cette icône est à la hauteur de Monsieur Dumas, père, ce genre d’homme que l’on appelait, autrefois, un Monsieur (Race de seigneur en voie de disparition contre une bande d’humains de contrefaçon). Bref,  l’histoire raconte que Jean-Louis Dumas rencontre sur un vol Paris-Londres en 1981, président de la maison Hermès l’actrice Jane Birkin à côté de laquelle il était assis. Au cours du voyage, cette dernière, lui confie son problème de jeune maman : elle ne trouve pas de sac à main qui soit à la fois pratique et élégant pour ranger son four-tout et celle de sa fille Charlotte. Amusé, le président, jamais en peine de rendre service, la met au défi de dessiner le sac idéal. Elle commença à dessiner dans l’avion, puis, suite à plusieurs rencontres et réunions au Faubourg, le sac naît un matin de novembre 1984 et portera, bien sûr, le nom de sa muse. Sans le savoir, la chanteuse et comédienne venait de créer un sac iconique dont le succès n’a jamais été égalé. Read the rest of this entry »

NOSTALGIA VINTAGE

Posted on

Lorsqu’une BMW R7 de 1934 a été présentée à Pebble Beach en 2012, le concept bike, qui n’avait jamais pu être produit en 1930 et avait été oublié depuis plus de 70 ans, est restauré par BMW Group Classic pour faire revivre un mythe. Les têtes pensantes pensaient que cela ne marcherait jamais.

Au cours de son tour du monde, la R7 a remporté tous les suffrages dans sa catégorie, nostalgie de l’ancien dans la modernité des motos d’époque qui fourmillent et c’est ahurissant que la R7, construite en 1934, ait été conçue avec une esthétique qui reste d’une modernité comme l’est le bâtiment Art Déco du Seigneur et du bon « samaritain » du luxe. Avec un prix de base de 39 500 dollars, la NMoto Nostalgia est une moto qui sera produite en série limitée et sera disponible en 11 différentes couleurs, la personnalisation, notamment d’une direction réglable et des modifications du coffre à bagages ainsi que de la selle du passager et de multiples finitions.

Le vintage original avec toute la tranquillité d’esprit d’un nouveau modèle qui ne tombe pas en panne, fait son grand retour, c’est la combinaison parfaite pour retrouver sa jeunesse au cinquantenaire, en nostalgie d’une vie passée qui revient à la surface comme un bouchon qui remonte du fin fond des abysses. Read the rest of this entry »

FASHION PROSÉLYTISME

Posted on

Comment les créateurs dont les marques adorent les flashs des photographes, mais beaucoup moins, les projecteurs de l’investigation journalistique, sont-ils si obsédés et inspirés par les causes sociales ? Est-ce le signe d’une ère nouvelle, plus consciente et moins discriminante pour le secteur du luxe ou, simplement, une tentative désespérée d’authenticité par tous les moyens ? La réponse à cette question dépend du point de vue de chacun et de la confiance que l’on a en la capacité de l’industrie de la mode d’identifier et de représenter les causes sociales. Voilà une plongée édifiante dans les dessous pas toujours chics mais toujours choc du luxe.

Virgil Abloh, pour sa part, a fait appel de manière subtile à une tenue qui est par définition un style codifié adopté par un groupe de personnes pour attirer l’attention sur un problème social. Le créateur de Louis Vuitton a récemment habillé Bella Hadid avec un gilet jaune vif pour un événement Louis Vuitton en janvier dernier. On ne pouvait s’empêcher de remarquer le signe d’assentiment fait au mouvement des « Gilets Jaunes » Français.

Certains considèrent le secteur du luxe et de la mode comme une industrie capitaliste de plusieurs milliards de dollars qui opère au détriment de notre environnement. D’autres la considèrent comme l’une des formes les plus puissantes d’expression de la société. Et comme rien n’est jamais noir ou blanc, certaines personnes tiennent également compte des deux perspectives. Est-ce que cette volonté de s’attaquer aux causes socio-politiques rend le monde meilleur ? Cela nous inspire-t-il pour en faire un meilleur endroit ? Read the rest of this entry »

AU PIED DE LA DAME DU CHATELET

Posted on Updated on

On vient en voisin, on ne frappe pas, mais, réservez quand même, car après avoir campé son container-guinguette sur le macadam « apaisé  des débordements et de la fureur d’un fleuve», « Maison Maison » a inauguré une petite grotte sous la culée du Pont Neuf, bien au sec dans les murs du quai, rempart aux aléas climatiques, ce refuge d’une quarantaine de places accueille désormais un décor de banquettes rousses, de tables en bois clair et de bouquets de fleurs, sous les pieds du futur hôtel du Seigneur des Arnault. Presque caché un petit escalier mène au quai du Pont Neuf, l’endroit avec ces trois fenêtres donne une vue sur la Seine et l’Ile de la Cité. La carte ne contient qu’une quinzaine de plats et entrées qu’il est possible de partager, et l’accent est clairement mis sur le « fooding ».

Au déjeuner, Adriana Seghetta (ex-Aux Deux Amis) signe les sympathiques compos du marché dans un menu à 25 € : soupe de lentilles, parfait cabillaud aux coques avec bouillon beurré dément, douce tarte aux poires, auxquelles succèdent, chaque soir, de vibrionnantes petites assiettes : carpaccio de rôti de bœuf et vinaigrette aux anchois (15 €); boulettes de cochon fermier et tzatziki (12 €); ceviche de cabillaud à la ciboule et au combava (16 €) et j’en passe… Read the rest of this entry »

VUITTON ART CONTENT POUR RIEN

Posted on Updated on

Le Centre Georges Pompidou est un bâtiment emblématique de l’Art Contemporain et Moderne qui a été reconstruit, pour la circonstance, par la maison Vuitton dans la cour carrée du Louvre. Alors que le centre n’est qu’à seulement un vol de Uber, pourquoi ne pas privilégier l’original que préférer une copie. Voici la vraie histoire des intrigues de la mode et du luxe réunis.

Il n’aura fallu au Seigneur des Arnault que trois jours pour reconstruire le musée au coeur du Louvre alors que l’original fut édifié en 5 ans. Vous pouvez ainsi toucher du doigt la puissance de l’homme, le plus influent de France, un croche-pied à Monsieur Grumler qui officie maintenant comme administrateur du Centre Georges Pompidou, celui-ci voulant faire mordre la poussière au Seigneur en lui imposant des prix abracadabrantesques, une petite vengeance de sa présidence écourtée par le Seigneur, mais le camouflet, qui voulait infliger, lui est revenu en boomerang comme reviendrait une ancienne maîtresse pour chercher son cookie.

La Maison Vuitton a donc décidé de faire la présentation à Beaubourg fut-elle obligée de reconstruire le Musée pièce par pièce dans la cour carrée du Louvre. Il est vrai que la collection de Nicolas Ghesquière pouvait difficilement se passer du symbole du Musée d’Art Contemporain le plus connu de la planète pour nous donner une… Read the rest of this entry »

CHANEL LES SOMMETS DE LA MODE

Posted on

Gravissant le chemin des Champs-Elysées, marchant silencieusement, stimulé par l’approche du vaste espace et des sommets du Grand Palais, dominé, tout là-haut dans les alpages, mon cœur comme mes pas sont un peu lourds, car, enfin le sommet, tout en haut de la pente, cette vallée de la mode qui nous offre cette profonde vue, grandiose et exaltante, voici un décor qui, après Karl, doit nous élever au delà de la vision terre à terre du vêtement. Espérons que la montagne n’accouchera pas d’une souris ? Read the rest of this entry »

GIVENCHY ET VIEILLE GRAND-MESSE

Posted on

Une tente au toit transparent comme si on avait voulu emballer la mode, laissant apparaître les étoiles sous des arbres éclairés par la lune du dernier quartier, juste au milieu du Jardin des Plantes pour ce défilé de Givenchy «Winter of Eden». Eden signifie « délice » en hébreu, mais qui, parmi l’assistance, à part le Seigneur des Arnault, le sait ? L’écrivain américaine Ann Druyan avait une vue plus cynique de l’Éden, plutôt qu’un « paradis », le Gen Eden serait le lieu d’un crime. J’hésite un moment à rentrer dans ce tunnel noir, mais mon bon sens reprend le dessus cela n’est que du vêtement comme dirait Monsieur Marrant.Entasser 1 000 personnes dans un espace d’une longueur d’un bloc d’immeubles de Manhattan avec une seule entrée qui commence par un tunnel sombre de lumières psychédéliques et sur une musique qui martèle vos tympans, vous rappelant les clubs à la mode de la si britannique et aristocratique Londres du début des années 90.

Des filles en mode urbaine de Neuilly, robes de bijoux et “touffe y compris”, Clare Waight Keller donne un spectacle incompréhensible pour un résultat Givenchy qui n’était pas vraiment à la hauteur de la marque. Les manteaux et les vestes étaient avec de grandes épaules pointues ou arrondies, une robe en soie moulante plissée avec des imprimés de fleurs qui me rappelaient les robes de mon arrière grand-mère, des robes tricots longues comme un vol de Quantas pour Sydney, et si l’horreur était humaine, nous y serions. Des bombers en duvet comme un caramel qui fréquente le palais et menace la couronne, des vêtements de soirée et des smokings à la St Laurent, avec chemisiers précieux à fleurs qui étaient en équilibre sur une esthétique peux convaincante. Read the rest of this entry »

NINA RICCI CHARLESTON

Posted on

Lisi Herrebrugh et Rushemy Botter sont les nouveaux directeurs de la création de la maison Nina Ricci. Et, lorsque Nina Ricci a annoncé, en août, qu’elle avait embauché  le duo en tant que les nouveaux directeurs créatifs de la maison, mes sourcils se sont froncés, car nous nous souvenions des parasols incrustés dans une culture antillaise, récompensés au Festival International de la Mode et de la photographie de Hyères . Le duo, formé à la mode masculine, faisait que le défi était plus grand. Finaliste du Prix LVMH des jeunes créateurs, aucun des deux n’avait, jusqu’à présent, travaillé pour une marque de mode, encore moins pour une maison.

Comment le duo, connu pour ses contes puissants et ses vêtements fluides enracinés dans la culture antillaise, pouvait-il réorganiser une maison de couture âgée de 87 ans ?Alors que leur collection gagnante à Hyères mettait en vedette un dauphin en plastique attaché sur la tête d’un mannequin, avec un thème balnéaire très marqué, nous nous demandions s’il serait au rendez-vous. Cela a commencé avec un costume bleu marine à fines rayures blanches, avec la chemise en soie qui coule sur le côté comme le feraient les chutes d’Iguazú. En un modèle, il redessine la maison en lui redonnant ses lettres de noblesse.

Des chemises “oversizes” avec des attaches en tissu aux cols évoquant subtilement la colombe stylisée de la maison et du flacon Lalique, un Air du Temps, avec des éclats de jaune qui ont éclairés le spectacle, brisant une palette neutre.La couture s’inspirait des corsets que le duo avait trouvé dans les archives de Nina Ricci, bien qu’ils aient évité raisonnablement de s’égarer sur un territoire déjà tracé par Jean-Paul Gaultier. Read the rest of this entry »

LANVIN LE POINT DU FISTON

Posted on

Il est vrai qu’entre les uns qui ne connaissent pas la mode, et les autres qui n’ont jamais fait d’études, les florentins pique-assiettes infiltrés dans le fond chinois Fosum de plusieurs milliards de dollars, est un mauvais présage, car les cimetières sont toujours éclairés du néant. Un esprit facile aurait donné une information post-Mao, mais, entre la facilité qui pond sans effort et la fécondité laborieuse, il y a un abîme de possibilités pour les esprits qui réfléchissent. Quelques croquis de l’enfer sur un trône splendide d’une robe posée sur un pot de chambre ne fait pas forcément de la couture.

Bruno Sialelli, ancien styliste de prêt-à-morfler masculin chez Loewe, regardait le salaire de Lanvin et du groupe Fosum comme la déesse Erato regarde le chant nuptial. Mais, qui est ce Sialelli ? On l’appelle le couturier de l’ombre, marseillais de 31 ans, diplômé du Studio Berçot, a fait ses armes chez Paco Rabanne, Acne Studios et Balenciaga sous les directions de Nicolas Ghesquière et d’Alexander Wang. Son CV révèle une capacité de naviguer entre l’homme et la femme, c’est un signe des temps.

L’occasion pour Lanvin de lui confier l’ensemble des collections. La griffe voit cela comme « un atout majeur, à l’heure où l’industrie du luxe tend à estomper les frontières entre les genres ». Mais le seul genre possible chez les chinois, c’est le genre de l’argent, et cela n’est pas par hasard que le créateur ait pris pour coiffe celle des pêcheurs de Cancale qui était aussi la coiffe de nos billets de 20 francs autrefois. Read the rest of this entry »

DIOR SUFFRAGETTE SET

Posted on Updated on

C’est un trésor de savoir découvrir la maison du Maître de Granville. Autrefois, il nous donnait toujours une délicieuse façon de nous souhaiter un bon après-midi. Il est toujours agréable de recevoir un joli message couture, et nous avions compté sur le Seigneur des Arnault pour nous donner cette joie, car ce samouraï des temps modernes de la mode – traduisez pour samouraï (celui qui sert) – avait eu du nez de mettre Galliano sur un rail.

Alors, pourquoi ne pas envoyer un peu de tendresse à cette Chiuri, à cette couturière stressée incapable de redonner à la maison ses lettres de noblesse dans ce mardi ensoleillé. Car parmi nos pleurs viennent s’ajouter la ” Jacquemusmania” qui brille de mille gueux pour un spectacle sans consistence.

Ce début de la Fashion Week de Paris a un charme intime et doux, dans l’ombre d’un coeur froissé pour humer ce parfum consolant dont le germe est en nous tous. Douceur lointaine qui vous rappelle votre enfance, et que le vertige d’un cœur qui tressaille comme un secret, dans un épanchement de sensibilité qui resurgit d’un coup et d’un seul.

Mais, la réalité vient nous rappeler que nous sommes chez Dior et que pardonner à une méchante, c’est frapper l’innocent. Alors pas de cadeau, voici les commentaires de ce show.

C’est d’abord la Tomaso Binga, féministe enragée mariée avec le critique d’art Filiberto Menna qui avait déclaré, en son temps, avoir choisi un pseudonyme masculin pour parodier les privilèges culturels réservés aux hommes. Voici la nouvelle égérie de Dior, une féministe acharnée face au Seigneur qui aime les femmes au foyer et au piano, à parier que sa collection comme ses idées intégristes sont déjà “has been”. Read the rest of this entry »

JAQUEMUS PORTE DE LA NUIT

Posted on

Une rue de Provence, un décor grandiose de Schtroumpfs pour singer le grand Karl, bienvenue au « Porte » de l’enfer. Je n’aime pas ces couturiers sans diplôme, car, la plupart du temps, ils volent ou détournent les œuvres des vrais créateurs. Souvent, leur couture est une prétérition, et leur culture se borne au gouffre de la nuit que l’on trouve dans la péninsule du Yucatan.

On peut être autodidacte, mais les autres, dont les parents financent à grand coup d’heures supplémentaires les études de leurs enfants, sont confrontés à une injustice flagrante. Il est vrai qu’au temps des cadrans solaires il n’y avait pas l’ombre d’une exactitude sur le cadran de Plourin. Mais, si vous regardez l’histoire des couturiers sans diplôme, les Montana et les Mugler montés de toutes pièces par la presse et les « black rooms » des années 80 où Monsieur Grumler y avait fait son deuxième bureau au-dessous du palace, ces créateurs se retrouvent donc aujourd’hui dans les limbes de la notoriété du fin fond du Sahara, sous le vent de sable de la Villa Majorelle, le seul lien qu’ils n’auront jamais avec Yves St Laurent. Mais, peut-on remplacer personne ?

Les ascensions trop rapides comme l’Olivier Incertain finissent toujours par se savoir. C’est surtout sur le long terme que l’on s’aperçoit que ces génies de la création portés au pinacle des journaux et des magazines de mode n’étaient finalement que des feux de paille au service d’une marque et idem pour Jacquemus qui s’y retrouve juste pour un chapeau de paille. Voilà une bien belle position pour Monsieur Grumler ! Read the rest of this entry »