PARIS FASHION WEEK 2018

UN RESTAURANT PHARISIEN

Posted on Updated on

Une salle de couleur taupe où on entre comme des petits mammifères fouineurs vivants dans des galeries souterraines, un tabouret pour déposer le sac à main des Mondaines, plutôt qu’un accroche sac qui ne fait pas partie de l’éducation du patron. Mauvais présage !

Une carte sans indication de prix, le message est clair : c’est monsieur qui paie. Les entrées et les plats dont les prix varient de 70 euros à 140 euros, ce qui comprend des canapés et amuse-plus-gueules que bouches. Une vue transparente sur la cuisine et sur les serveuses qui ressemblent à des implants en silicone façon Barbie, un subterfuge pour ne pas voir notre assiette. Se présentent alors nos œufs mimosa, jaunes très jaunes de la couleur du cocu sans les cornes et plus microgrammes que “Mime au Za”.

Un oignon gratiné se pointe ensuite, mais le gratiné n’est seulement que le prix, une soupe à l’oignon plus proche de “l’oignon du marais” qu’autre chose. Une assiette noire comme un cauchemar et collante comme une romaine quêtant pour une association de sourds et de muets. J’aurai d’ailleurs préféré perdre mes sens gustatifs pour arrêter cette torture de ce gastro à nutrition. Read the rest of this entry »

Advertisements

LE “SOT” D’HERMÈS

Posted on Updated on

“Cela sera au Grand Palais, noblesse oblige,” me dit la baronne de la Cystite Raynal, “qu’Hermès fait le grand saut en balayant tous les obstacles”. Mais, tous les sots sont périlleux. “Nous nous étalons sur des étalons” me dit la baronne toute émoustillée de venir dans l’antre de l’ancien palais de l’industrie tout en rêvant de pouvoir monter son “Ex-machina”. Hermès tente de reconquérir sa clientèle d’autrefois. Probablement qu’un opportun ou un érudit de bimbo-land en interne a suggéré au président, dans un Axel tournoyant, que la rue du Faubourg St-Honoré s’était transformée en annexe de la maison de la Chine à Paris.

Cela se déroulera sur la planète, non pas Mars, mais en mars sur la planète Hermès, que le grand jumping des moitiés de mondaines vont avoir le pied à l’étrier, un licol de la marque autour du cou et le mort entre les dents. Voici la bonne société parisienne du 16ème, mais “siècle” qui se présente pour se faire étrier sur la carrière du centre de Paris.

Un tapis de “sciure de mouches” pour un événement d’un microcosme que nous rencontrons aussi au premier rang des shows de Haute Couture, une belle brochette de bombes. Read the rest of this entry »

RETOUR DE LA PANTHÈRE

Posted on

La montre Panthère de Cartier lancée en 1983 et interrompue en 1996 aurait pu être oubliée dans les tiroirs du temps. Pourtant, Cartier a décidé de nouveau de miser sur elle et de la relancer en 2017. Le désir du PDG, Cyrille Vigneron, est de recentrer l’offre horlogère de la marque sur la clientèle féminine, mais, l’ancien de Vuitton, avec son intuition légendaire, le pousse également à penser que cette montre correspond parfaitement à notre époque. Élémentaire, mon cher Watson, car ce dernier, en effet, demande à Richmont 25 millions de dollars pour avoir utilisé une de ses photographies sans sa permission dans une publicité de Cartier. Un Watson qui veut s’approprier la “panthirreux” me dit la Baronne, c’est comme un Géricault, un peintre français dont la trompette était le violon d’Ingres.

La montre Panthère, lancée en 1983, a rencontré un succès immédiat avec plus de 600 000 montres vendues. Ce succès provient d’un postula de base où on trouve tous les codes de Cartier : les chiffres romains sur le cadran, les aiguilles en forme de glaive, la couronne octogonale sertie d’un cabochon et le bracelet bijou rappelant que Cartier est avant tout un joaillier. Read the rest of this entry »

L’ART HAUTE CULTURE DE MODE

Posted on Updated on

On pouvait s’étonner des longues files d’attente se déployant rue de Rivoli aux abords des Arts Décoratifs. Une exposition qui s’est achevée le 7 janvier en battant des records de fréquentation avec plus de 700 000 visiteurs. « Christian Dior, couturier du rêve », plus que Hockney ou Matisse au musée Beaubourg, mais moins que la collection Chtchoukine à la Fondation Louis Vuitton avec 1,2 million de visiteurs. Tout cela retombe de toute façon sur les marques du Seigneur des Arnault. Exposition qui flirte avec le record établi en 1967 par Toutankhamon. Le sphinx a battu son ancêtre, record absolu pour une exposition consacrée à une maison de mode et, pour remercier Sydney Toledano, PDG de Christian Dior Couture, le Seigneur l’écarte de Dior de peur que sa notoriété et son charisme ne viennent lui faire de l’ombre.

En réalité, la venue soudaine et soutenue par Sydney de Maria Gracia Chiuri fait polémique au sein du groupe. Mais, quand le patron a tord, ce dernier, de toute façon, a toujours raison.

Un travail, hors paire et mal récompensé, de plus de trois ans, entre Dior Héritage et les Arts décoratifs. C’est sans doute la dimension et l’émotion que cette exposition a donné aux visiteurs par la beauté des robes et le travail des petites mains de la Haute Couture, qui a construit ce succès populaire qui a provoqué un tsunami inédit dans la maison du maître de Granville. Populaire est le mot que déteste le Seigneur des Arnault, il lui préfère plébéien. Read the rest of this entry »

JULIEN FOURNIÉ ARISTO-FEMME

Posted on Updated on

Voyager… Cela fait travailler l’imagination et c’est un voyage dans le pays de la Haute Couture, un périple imaginaire à la portée de tout le monde, car tous les humains y ont capacité,  il vous suffit d’ouvrir les yeux et de vous laisser porter par ce créateur qui est vraisemblablement le plus fastueux de sa génération. A l’Oratoire du Louvre, la Baronne de la Cystite Raynal se “presse” aux abords de ce temple parisien du calvinisme. Il est vrai que l’on rentre dans l’univers de Julien comme on rentre en religion et le lieu s’y prête particulièrement. Le “Front Raw”, c’est celui de la mode, bourré à craquer de tous ces méconnus du grand public qui font mauvaise fortune bon cœur. Ils ne parlent que de leurs problèmes d’argent, chacun pour soi et la terre pour tous. Quant à la mode, elle est l’accessoire qui leurs permet de briller de milles “Voeux”.

Moi, par contre,  je suis toujours concentré dans ces moments car je connais l’enjeu : des milliers d’heures de travail pour une trentaine de minutes de présentation. Cela mérite une certaine tenue et, parfois, quelques mots bien sentis par des journaleux qui détruisent la construction de plusieurs mois de besogne éreintante, juste parce qu’ils n’ont pas su écouter le souffle magique de ce coutumier du beau . Mon père avait raison : “un grand pouvoir engendre toujours une grande responsabilité”.

Julien Fournié a cette faculté de désintéressement qui lui permet d’accéder à l’universel, démonstration de savoir-faire et de créativité Haute Couture, des silhouettes ayant nécessité des milliers d’heures d’élaboration. Les plus belles matières et broderies, mais aussi un soin tout particulier aux détails, jamais laissés au hasard. Le créateur remet sur le métier inlassablement son travail. Il trace et sculpte pour notre imaginaire, pour nous faire rêver, de l’Orient à l’Occident, de l’embouchure du Tage aux confins du Yang-tsé. La femme est son support. Sans relâche, il la cisèle, pour une final, obtenir une mariée ultra-féminine avec des seins. Enfin !  J’avais cru que la femme, à la vue des collections précédentes de ses confrères, avait perdu ce post-scriptum de féminité. Read the rest of this entry »

INFLUENCEUSE SUIVEUSE DE MODE

Posted on

J’instagrame une photo. Elle devient virale. J’ai un sac que tout le monde veut. On m’offre un jean – idem – il devient viral… Sur Instagram, je pèse 350K, ma chérie. Et bien oui, dans la vie, il y a les influenceurs et ceux qui se font influencer. Déjà, à l’école, c’était comme cela, il y avait toujours une fille qui donnait les tendances pour l’ensemble des “bananes” qui la suivait béatement d’admiration.

Si, aujourd’hui, à 13 ans, tu n’as pas ta chaîne Youtube représentant 10 kilos d’abonnés, tu as raté ton adolescence. Parfois, mes parents me disent qu’ils vont me priver d’argent de poche, mais, en deux vidéos, j’ai amassé plus d’argent que mon père en 20 ans. Mon père, quand il réussit à envoyer une photo en mms, il pense qu’il a hacké le réseau de la NSA tellement il est fier comme le père de Marcel Pagnol et ses bartavelles.

A mon âge, ma mère jouait à faire du tricot, moi dans ma chambre, transformée en studio d’enregistrement,  je like, je follow, je dope mes vues, je capitalise les tweets, je bloque, bref je fidélise… et parfois, il m’arrive aussi de faire mes devoirs ! Les sarcasmes des vieux ringards passent sur les rails de mon indifférence. Cela fait des années que vous promettez des postes aux jeunes et rien n’arrive, alors ne vous étonnez pas que nous les ayons créés nous-mêmes. Read the rest of this entry »

HYUN MI NIELSEN

Posted on Updated on

Alors que les femmes présentes étaient, neurones au chômage technique, plus catins que satins très entendues et peu attendues, Hyun Mi Nielsen voulait se démarquer des choses induites des réflexes de la mode. Considérant que le passé nous amène à envisager l’avenir, le créateur fait le point sur les déchets de notre société et son recyclage va au-delà. C’est avec légèreté qu’elle donne à cette profession une nouvelle vision sur l’environnement : “Maître” à profit de nouvelles techniques de récupération pour sa collection. Voilà un objectif bien honorable.

“Il ne s’agit pas seulement de recycler en couture, c’est aussi la vision d’une nouvelle vie qui s’offre à nous. Il y a de la beauté dans tout ! Il s’agit de tout regarder avec un œil neuf : “Le génie, c’est l’enfance retrouvée en abondance”. Quand vous marchez dans la vie, votre histoire est le prolongement de l’expérience que vous rencontrez des odeurs, des pensées, mais aussi des humains de contrefaçon ! “

Il faut considérer qu’actuellement il est nécessaire de se retourner vers les collections précédentes pour créer et rebondir sur d’autres chemins. L’actualité des migrants, les animaux que nous sommes, tous ces sujets doivent nous permettre de porter une réflexion sur la terre où nous vivons. Et, comme Degas, jeter une esthétique basée sur le mouvement. Read the rest of this entry »

GUO PEI PAS DE MINE

Posted on Updated on

Ceux qui ont fait ce choix doivent se mordre certainement les doigts d’une créatrice qui rafistole le romantisme avec les fils du téléphone, dans un style plus dynamo que dynamique. Elysium ou la demeure des bienheureux, un paradis pour le bonheur qui avait attiré notre appétence. Voilà la deuxième Chinoise, la plus connue de Paname, amie de Madame ‘Show’ de “Jeanne Bovin”. Guo Pei ou sa propre version du miracle de la vie, un arbre pour une histoire de Diogène “lupanardesque”. Comme le film “Avatar”  un paradis ‘faute couture’, fantastique roman de “Cou-Gare”, plein de fleurs colorées et de sirènes cherchant les fées à la “Chambre stomacale”.

Une scène noire d’étoiles, la voie lactée Swarovski, un cirque de couture à Bouglione… de bon aloi ! Le cirque d’hiver, au moment du solstice, un coup de foudre cela ne fait jamais un mariage du tonnerre.

L’origine de la vie c’est bien présomptueux de vouloir la symboliser. Cherchez, Madame, à faire plutôt de la Haute Couture plutôt que de la “Boat Couture” une pantalonnade, sans dieu ni maître, “même nageur”. Dans votre délire, vous avez embarqué le français, Charles Macaire, qui, lui, n’est pas un Charlot en réalisant un arbre de toute beauté avec des racines blanches symbolisant les origines de la vie. Read the rest of this entry »

ELIE SAAB BLING BLINDE

Posted on Updated on

“Paris est une Fête” c’est le titre de la présentation d’Elie Saab pour 2018 ; un défilé avec un peu plus de plumes que d’habitude. Espérons au final que nous ne les aurons pas dans le fondement. Des robes diaphanes et des bijoux inspirés de “l’Art déco”, que le libanais ne connait pas personnellement, mais il en a souvent entendu parlé, les “Arrhes des Cons”. Une couture pour ceux qui cherchent leurs tenues pour les prochains “Wall of Fame” de la société du bling bling. Et, c’est avec une seule arme que le couturier crée, un balai qu’il porte, d’ailleurs, comme une épée et racle le ruisseau infatigablement. Toujours embêté devant une porte où il est écrit “il y a quelqu’un”. copain impénitent de la Baronne de la Cystite : “à vaincre sans baril, on triomphe sans boire”.

Le Libanais, le plus convenu de la Fashion Week, et dont les modèles habillent souvent les Baronesses et “Vuittontesses’ de la capitale du pays d”Hariri, Fifi, et Loulou”. La baronne, très adepte de la Saab mania, avait pensé au début de sa carrière qu’il était designer Suédois de son état, ayant vu la marque de sa voiture : une Saab 900.

Les plus belles beautés périmées s’étaient données le mot, engoncées dans leurs robes enfilées avec des chausse-pieds. Elles se collent les unes contre les autres, et pour certaines, ayant leur photographe personnel pour que ses voisines mortes de jalousie pensent qu’elles sont connues et reconnues, des cervelles tétraplégiques de la pensée alignées en rang d’oignon de durillon. Read the rest of this entry »