NEW YORK FASHION WEEK 2019

TOUT EN KARL MONT

Posted on Updated on

Karl Lagerfeld en Egypte à New York ; rien d’impossible pour le “Papi Prusse”. Le hamburger, qui reconstitue les quais de Seine dans le Grand Palais, vient dans la salle la plus mystique de Gotham, la salle d’égyptologie du Metropolitan Museum. À une époque où la crainte de représailles sur une hypothétique appropriation culturelle siphonnée par de nombreux designers, Lagerfeld reste intrépide. Si quelque chose l’inspire, il y va, célébrant ici le pouvoir gracieux de l’iconographie égyptienne dans une profusion de beaux vêtements. Mais, Chanel a préféré “sa grosse paume” pour les Métiers d’Art et ainsi, sous l’impulsion de Chanel, le Nil se transforme en East River, et la felouk en Yellow calque. From the Queens Avenue “the Bed Bath & Beyond” au 1933 Broadway, une adresse qui pourrait être l’âge du Kaiser, le secret le mieux gardé d’Allemagne.

Karl qui considère comme Picasso que les génies sont les copieurs, se voie investi d’une mission de faire connaître la “Nez Faire Titi New-Yorkaise”, poule de luxe redessinée par Brett Kotlus, pour finir en femme “tout en canon” et rêvant ainsi des grands obélisques qu’elle voit comme des Sphex flavipennis Karlicius égarés à tout jamais de leur mémoire. Read the rest of this entry »

Advertisements

VICTORIA’S SECRET NY 2018

Posted on

 

LE SILENCE DES AGNEAUX

Posted on Updated on

Voici la nouvelle idée des bobos parisiens : les dîners du silence, un calme le plus total en guise de médicament où les “cons vivent” et partagent un repas sans mot un voyage dans le fin fond de “l’absurdie” mais surtout de la connerie. C’est parfois mieux que d’entendre les billevesées propagées par ces demi mondaines au buste en “silly conne” à la recherche du prince charmant en mode euros millions. Une expérience aphasique qui exploite surtout la crédulité des incultes. Après les dîners en aveugle, les dîners en blanc et les dîners de cons, voici les dîners du silence ; beaucoup de bruits pour pas grand chose. Quand, enfin, ils l’ont obtenu, ils ne savent plus vraiment quoi en faire.

De nos jours, il faut fuir le téléphone, et même le mode vibreur pour ces dames n’est plus de bon aloi, fuir son patron et ses éternels mails, et faire tout simplement silence, dans une ville extra-bruyante. Fermer sa boîte à Ego pendant un dîner de deux heures et demi, pour paraît-il prendre la pleine conscience de son Etre ! La grande prêtresse de la prise de conscience connective – “il faut bien vivre ! ” – une Coco Bric à Brac de la dernière innovation intellectuelle, qui donne aux plébéiens la satisfaction de fermer sa boîte à camembert en ouvrant ses “chats cracras”. Read the rest of this entry »

QUAND BERNARD RENCONTRE VIRGIL !

Posted on Updated on

Louis Vuitton a embauché le designer Afro Américain, Virgil Abloh, une vraie épopée qui lui donnera peut-être l’immortalité ! Mais, je vous engage à imaginer la rencontre du designer rappeur avec le prince du luxe, le seigneur des Arnault. Voici la chronique de la première entrevue au sommet, mais seulement du building de l’avenue Montaigne.

Attachez vos ceintures, le chantre de la sangle de sécurité, qui a été repéré par Michael Burke quand il était chez Fendi, a une créativité innée et une approche “disruptive” (mot savant pour définir le bordel) qui, parait-il, l’aurait rendu pertinent dans le monde de la mode, mais aussi dans la culture populaire ». Et, pour le populaire, Vuitton s’y connait ! Découverte des ceintures de sécurité par ces messieurs de la haute qui montent à l’arrière de leur véhicule, avec chauffeur, sans ceinture, viennent grâce à Virgil de découvrir les sangles de sécurité.

Bonjour M’sieur, “Yo”. Bernard regarde ce jeune designer. Le grand bourgeois se raidit  au “yo” lancé par celui qui porte le même prénom que le poète latin de Lombardi. Voilà donc la future star de Vuitton Homme, se dit-il, le toisant de son “maître” quatre vingt. Il lui lance, avec son accent plus français que français, “very nice to see you, Sir”. Virgil a son diplôme d’architecture dans sa pochette comme une arme secrète pour séduire le prince du luxe, car le polytechnicien aime les architectes. Read the rest of this entry »