Day: January 5, 2018

HENNESSY UN CONAQ FLOTTANT

Posted on Updated on

JonOne, artiste de Street Art, a la tâche d’une édition limitée chez Hennessy « Very Special » indeed! L’ancien adepte de la poussière d’ange, qui peignait les trains la nuit pour oublier ses problèmes d’addiction, peint aujourd’hui les flacons d’Hennessy pour oublier ses problèmes d’alcool, peut-être ? La maison du Seigneur des Arnault nous fait boire cette fois-ci un breuvage toujours aussi infect : mettre les artistes à toutes les sauces et, pour la circonstance, à la sauce cognac. Encore un directeur d’arketing qui a dû se donner un mal affreux pour y arriver, et qui, pour une minute de gloire, nous donne un siècle de vulgarité et d’agonie à une profession séculaire.

Un gaffeur qui s’est reconnu dans un graffeur, qui probablement aurait abusé de ce nectar orange une fois de trop pour Noël, mais « orange is the new black » ou pour la « saint-vilain-vilain », il devait être complètement noir. La vulgarité n’est jamais belle et, même de la manière dont on la peint, on ne l’anoblit point, et rien ne peut l’embellir. Un idée de « Girl escorting » pris dans le ruisseau, là où elles se tiennent des chacals du design qui, par leur propre besogne, ramassent les restes des lions morts de Jackson pour briller et en vivre.

Des êtres qui pensent longtemps, et après cela, se trompent en tout point, alliés à d’autres qui trouvent des expédients à tout sans y avoir pensé auparavant. Ce sont ces prodiges qui font mal tout ce qu’ils font sur le champs « de vigne », et mal aussi tout ce qu’ils ont prémédité. Des valets de l’intelligence qui, si elle ne vient pas tout de suite, ne leur vient jamais ! Read the rest of this entry »

Advertisements