DULCINÉE DU TOBOSO

Posted on

mansauDepuis longtemps, je rêvais d’avoir dans mon appartement une oeuvre du maître Serge Mansau. Ce grand sculpteur, c’est un peu comme Picasso, on ne peut pas obtenir de lui une œuvre facilement. Car même si l’artiste est très prolifique, il ne se découvre pas d’un fil, comme ses hommes tiges qui marchent l’échine courbée, ils ont le nez baissé, non pas pour vous fuir, mais pour tracer leur route.

L’homme est sans concession, et si vous ne lui plaisez pas, inutile d’essayer de venir découvrir les œuvres qui regorgent dans sa grande maison de la région parisienne.

Bref, j’étais à Paris chez un fabricant de meuble du nord de l’Europe, promenade du dimanche bucolique dans la capitale pour dépenser quelques sous durement gagnés. Qu’elle n’a pas été ma surprise quand je suis tombé sur la lampe ‘Ribbon’, que j’avais vu en sculpture chez mon maître sculpteur préféré. Mon sang n’a fait qu’un tour, j’ai dégainé ma carte comme une arme de construction massive, et je l’ai achetée immédiatement. Elle trône aujourd’hui dans mon salon autour des œuvres et flacons de parfums que j’ai déjà du Maître.

Sur la photo, vous pouvez voir ce luminaire, ainsi que sa sculpture originale. Quand le couple, le plus fusionnel de la planète, est venu dîner à la maison, j’étais très fière d’allumer ma lampe sculpture, sachant immédiatement qu’il la reconnaîtrait. Quelle n’a pas été ma surprise, quand il m’a dit d’un ton tranchant : “oui c’est la copie qu’un industriel n’a pu s’empêcher de m’emprunter”. J’ai trouvé cette formulation pleine de finesse et d’esprit, mais, c’est comme cela avec ceux de la race des Seigneurs.

Les monstres sont partout. Ils étaient venus voir le créateur pour un projet qui n’a jamais abouti, et en avait profité pour prendre quelques photos qu’ils ont exploité à leur profit ensuite. J’avais eu un doute quand j’ai lu le nom de l’oeuvre, et je m’étais dit que si Serge avait choisit le nom, il l’aurait appelé ‘la Dulcinée du Toboso’ ou ‘ la lampe de Dieu’.

C’est malheureusement le monde d’aujourd’hui où la création n’est pas respectée parce que l’homme, lui-même, ne respecte plus rien ou si peu. La prochaine fois que le maître reviendra, je lui demanderai de la signer. Ainsi elle deviendra d’un seul coup une pièce unique. Il est probable qu’il me dira avec beaucoup de bienveillance, “Mon ami, j’étais venu dîner et, non pas pour acheter ton appartement”, et là, nous nous mettrons à rire comme deux enfants. Oui, c’est comme cela la fréquentation d’un grande artiste : une illumination de vos méninges endormies.

Anonymode.

Advertisements

Leave a Reply

Please log in using one of these methods to post your comment:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s