LE BERGÉ DU DIMANCHE

Posted on Updated on

Avec la montée en puissance des élections en France, Pierre Bergé, dans une interview donnée dans le Journal du Dimanche, révèle qu’il soutient le candidat Emmanuel Macron à la présidence de la République Française. Pierre Bergé qui regrette le président socialiste François Mitterrand, compare “Ségolène Royal à Jeanne d’Arc, Emmanuel Macron est un général de l’Empire”, a-t-il ironisé.

Pierre Bergé a également rejeté les rumeurs selon lesquelles Macron est gay. “L’électorat de Marine Le Pen se trompe, les électeurs du Front sont une minorité, la majorité d’entre eux sont des gens qui ont été laissés de côté par les partis traditionnels. La responsabilité des partis de droite et de gauche est considérable. “

Bergé suggère que l’actuel président socialiste français, François Hollande, s’est trompé en ne cherchant pas à faire un second mandat. Quand on a un destin politique, il faut être prêt à supporter l’ingratitude. La politique est une entreprise cruelle. Si François Hollande avait lu Corneille, il l’aurait su. Le partenaire de longue date d’Yves Saint Laurent, magnat des médias et président de la société de lutte contre le SIDA “Sidaction” a commencé à Paris à vendre sa bibliothèque et rappelle que sa vie a été jalonnée de compagnons écrivains littéraires et artistiques, dont Jean Giono, Jean Cocteau et Bernard Buffet, avant de rencontrer Saint Laurent. Read the rest of this entry »

KIMONO MUSEE GUIMET

Posted on

Le Kimono est à la mode. Venez découvrir l’exposition : Kimono, au bonheur des dames, au musée Guimet du 22 février au 22 mai 2017 à Paris ; un petit résumé de l’histoire du kimono, de son apparition au Japon à son influence sur les collections parisiennes contemporaines de Saint Laurent à Jean Paul Gaultier en passant par des couturiers du début du siècle tel que les soeurs Calot ou Paul Poiret.

Le kimono vient de kiru et mono, littéralement “chose que l’on porte sur soi”. Si à l’époque il désignait tous les vêtements, aujourd’hui il se réfère à la robe traditionnelle en T que les femmes ne portent plus que pour les grandes occasions.

On confond d’ailleurs souvent avec le yukata, une version plus légère portée l’été par les hommes et les femmes.

Le kimono est bien plus qu’un vêtement traditionnel ! Il fut un temps le vecteur d’un lien social et le témoin de l’évolution de tout un pays. Aujourd’hui, il continue d’inspirer les plus prestigieux directeurs artistiques et stylistes du monde entier. Read the rest of this entry »

HERMES LES ÉTRIERS DU PALAIS

Posted on Updated on

Après les Chevaux de Marly de Guillaume Coustou, voici les chevaux d’Hermès, pour orner l’abreuvoir, non pas de Marly mais celui des Comtesses de Neuilly, Auteuil, Passy.

Du Pégase à l’arrivée des Bécasses, il n’y a que quelques lettres, là où une kyrielle de ‘pure sang’ vienne comme en religion voir “l’Air Messe”, un saut dans le crottin, mais avec Hermès, il se fait Chavignol.

La Princesse de Caribou était présente, elle, qui habite une région éloignée du Grand Nord de l’Amérique, où son château du XVIe siècle importé pierre par pierre directement de France, sur ses terres de neige en 2010, là où seuls deux ours habitent, son mari compris.

Je me suis toujours demandé pourquoi les nobles connaissent Hermès ? La réponse de la princesse Anne Kirecule est venue comme une gifle ! Mais, cher Monsieur, autrefois, nous chassions à courre, alors il nous fallait bien un bon sellier.

Je pris conscience instantanément que toutes ces familles de nantis montaient à cheval parce qu’elles avaient de grandes propriétés, chasse à courre pour les hommes, et saut d’obstacles pour ces dames, car elles sont plutôt sauteuses que coureuses.

Nous sommes donc chez Hermès au Grand Palais dans l’ancien palais de l’industrie où autrefois l’automobile était reine. Hermès a choisi ce lieu non pas pour sa signification, car même si le cheval était l’automobile des nobles, le choix est central et, si vous venez du 16e arrondissement, vous pouvez y venir à pied même quand votre Aston-Martin de cinq cent chevaux est en panne entre la rue de Longchamp et l’avenue Georges Mamelle. Read the rest of this entry »

LA COLOMBE MABILLE

Posted on Updated on

Après les Césars à la salle Pleyel, la vicomtesse et ses comparses ont assisté à la collection d’Alexis Mabille. Quoi de plus naturel qu’un concert dans ce lieu mythique ou Ignace Pleyel a fait ses gammes, chantre mythique de l’Art Déco il faut être bien présomptueux pour rivaliser avec l’ensemble de ces symboles.

Deux muses, habillées d’une combinaison moulante en or, ont fait leur apparition et sont venues au centre de la scène hurler une chanson tellement fort que le pacemaker de la marquise de La Caroubiais était au bord de la syncope.

Faut-il qu’un homme soit ainsi affamé de gloire pour le pousser à ce vil brigandage intellectuel, comme un écumeur misérable de la planète mode, acharnement stupide de bourbeurs de logos aux formes de colombes, comme pour nous dire : avez vous compris ? Oui, nous avions reconnu au premier passage la colombe de la paix qui devait probablement être le message, mais on n’est jamais suffisamment intelligent.

“On n’a jamais employé autant de ruflette à vouloir me rendre bête”, protesta Lady Oddor. S’il me prend l’envie de marcher à quatre pattes quand je vois une collection mal ficelée, je n’hésite pas !

De temps à autre de peur que la colombe de la paix ne me fiente sur la belle capeline qu’on vient juste de me livrer. Pas de Cartier ! Alexis Mabille est à la mode ce que le pendule balance en va-et-vient de prestation bonne et Read the rest of this entry »

TALBOT RUNHOF LA PORSCHE DE LA COUTURE

Posted on

Il faut beaucoup de courage pour venir présenter dans le sanctuaire mondial de la mode, que représente Paris, toujours hanté par les Dior, les St Laurent, les Vionnet et les Gabrielle… C’était à l’Hôtel Westin, que nous sommes allés à la rencontre de ces deux allemands, qui avaient invité, pour la circonstance, la diaspora allemande vivant à Paris.

Tout le monde teuton de la capitale était là, y compris la fameuse blogueuse allemande dont le nom m’échappe ce matin. Assis en face d’Anne de Champagne Gnôle, la Papesse des nuits parisiennes et du luxe en consultation, qui fréquente beaucoup ces chirurgiens de la mode qui taillent et coupent, pour faire disparaître les coutures trop apparemment mal placées,

La duchesse Von Cuni de Bourg-La-Reine reste là à se faire photographier par dix photographes que je ne connais pas. Je demande alors à ma voisine qui est cette femme, elle me répond d’un air dédaigneux, une fausse duchesse et les photographes sont les siens : elle les paie pour la circonstance!

C’est un travail à l’allemande, bien construit, mécaniquement parfait, et avec une maîtrise toute germanique mais, avec la seule chose que ce type de couture ne peut vous donner : le plaisir de voir, l’émotion de l’instant car noyé sous la rigueur Allemande triomphante d’après guerre. Read the rest of this entry »

BUCK IN GAME CHANEL

Posted on Updated on

Vous avez dit culture ! J’aurais dit plutôt méconnaissance de la Perfide Albion ainsi que de son propre pays, la France. Hier soir, sur TF1, nous avons regardé le reportage sur Kate et Williams, inintéressant et sûrement dû à l’ignorance des journalistes français.

Quel n’a pas été notre étonnement quand le journaliste parle de la Résidence de Grande-Bretagne comme d’un petit Buckingham. Ce qu’il aurait fallu savoir, c’est que l’architecte de ce petit palais est Antoine Mazin qui est également l’auteur des plans de l’Hôtel Matignon. Il construit cette Résidence pour le Duc de Charost qui a été le Gouverneur de Louis XV.

Cet Hôtel particulier est tour à tour le domicile de l’Ambassade du Portugal, le siège du bureau du Palais Impérial et la Résidence temporaire de l’Ambassade d’Autriche. C’est finalement le Duc de Wellington, le vainqueur de Waterloo, qui la rachète en 1814 à Pauline Bonaparte, la soeur de Napoléon I et en fait l’Ambassade de Grande-Bretagne.

Voilà donc, Monsieur, ce que vous auriez pu nous dire si vous aviez eu un peu plus de lettres et d’esprit surtout lorsque les deux pays lancent “Les Voisins” qui se veut parler du rapprochement de la France et de la Grande-Bretagne au travers de la culture.

La seule chose sur laquelle le journaliste ne s’est pas trompé, c’est sur le sac et la robe de marque Chanel qu’arborait la Princesse qui a su ajuster ses tenues au pays qu’elle représente avec le pays qu’elle visitait. La tristesse de l’intelligence artificielle est qu’elle est sans artifice, donc sans intelligence.

Anonymode

INGIE CHALHOUL PARIS 2017

Posted on Updated on

« But Angie, Angie, you can’t say we never tried? » et je vous jure que j’ai vraiment essayé ! C’était Place Vendôme à l’Hôtel d’Evreux, Ingie Paris. Depuis 2014, la marque distribuée hors de la région du Golfe, notamment en France, au Kazakhstan, en République Tchèque et en Russie, prend son envole.

Je sortais tout juste de la collection GM et ventre à terre, je rejoins le métro, car le vendredi soir à Paris, il est impossible de circuler. Malheureusement, le métro nous informe que la station de changement sera fermée à cause d’une manifestation.

Je ressors et me mets à courir derrière un bus qui finit par s’arrêter. Devant mon désarroi, il me dépose à la Madeleine, je saute comme un cabri pour atteindre la rue St Honoré, bloquée aussi. Finalement, j’arrive à l’accueil de l’Hôtel d’Evreux pour apprendre que Read the rest of this entry »

DANS L’OMBRE DE JOHN GALLIANO

Posted on Updated on

Bill Gaytten, qui sous perfusion, raccordé par son cordon ombilical à la maison Dior, présente sa collection à L’Hôtel Le Marois, avenue Franklin Roosevelt. L’ombre de John est à la manœuvre. Mais visiblement, les béotiens, à l’image de l’américaine, MonicaStyleMuse, qui arbore 56000 followers sur Instagram, ne sont pas au courant que John Galliano ne fait plus partie de la maison. Elle me regarde avec ses grands yeux de biche et lui dit : “so teach me”. On se demande parfois qu’elle est la légitimité des aficionados invités, qui sont juste des récepteurs-émetteurs d’informations, et qui n’ont même pas le vernis suffisant pour pouvoir commenter, mais qui ont le vernis de leurs ongles d’une longueur extravagante.

Le premier modèle est une réminiscence du New Look. La maison voudrait-elle redéfinir le standard de la marque en redémarrant sur une ligne de Diorilisation. Bill Gaytten a su réaliser un véritable « melting pot », entre la culture de John, les ateliers de Dior et sa propre force créative quelque chose de vraiment intéressant. Mais la perfusion sera-elle un jour défaillante ? Le créateur prendra-il son envol seul ? En tout cas, ombilical ou pas, le cordon, une fois coupé, fera que nous pourrons avoir un couturier de plus dans l’hexagone.

Le grand retour des années 1950, fait écho aux hommes qui se plaignent de ne plus voir que des égéries moitié femmes/hommes en sweat extra-large, la féminité est de retour dans le rêve de Bill. Read the rest of this entry »

ISSEY PORTE DE SÉRÉNITÉ

Posted on Updated on

Les nippons les plus parisiens de la capitale, étaient là, avec leur cohorte de vêtements bariolés et, de toute forme, même les feux de plancher y étaient. L’escalier qui monte au sanctuaire du designer-disciple du maître est grandiose. à l’Hôtel de Ville. Le show n’était pas seulement dans la salle mais aussi dans la rue, et dans la foule des anonymes.

Torayasan, grande prêtresse du gâteau japonais, arrive avec un chapeau qui ressemble plus à une pièce montée, image subliminale d’une douairière en recherche de sensations que nous retrouverons un peu plus tard l’air circonspecte devant la colonne Vendôme.

Le Président Exécutif Morand arrive en retard et, pressé, fait un geste de l’épaule dédaigneux pour refuser une publication, pensant que le jeune qui la distribuait aux invités, était un homeless lui réclamant de l’argent.

Issey Miyake célèbre cette année ses 45 ans de carrière et, depuis le début, Issey ne cesse d’étudier la relation qui peut exister entre un vêtement et le corps. Cela en est même devenu une légende. De nouveau, sa couture est un laboratoire pour la future et les générations à venir.

Il est comme Picasso après avoir possédé toutes les techniques de la peinture traditionnelle, il s’est mis à faire de l’abstrait. Et bien, pour Issey, c’est la même chose. Il est arrivé au sommet de son art et investigue une Read the rest of this entry »